On s'y emploie, France info

On s'y emploie. L'esprit d'équipe au travail peut-il survivre à la crise ?

Les entreprises n'ont que ces mots là à la bouche. Il faut avoir l'esprit d'équipe. Mais comment avoir l'esprit d'équipe quand plus personne n'est au bureau au même moment ? 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Open-space d\'une entreprise (illustration).
Open-space d'une entreprise (illustration). (GIANRIGO MARLETTA / AFP)

Evelyne Stawicki est coach, psychologue du travail, professeur à l'ESCP Europe.

franceinfo : depuis quelques années, l'esprit d'équipe, c'est devenu l'alpha et l'oméga de la culture d'entreprise. On remercie "toutes les équipes", on demande de jouer collectif...

Evelyne Stawicki : l'entreprise est un univers très complexe où plus personne ne peut imaginer réussir seul. Il y a un adage qui dit : la meilleure façon d'atteindre ses objectifs, c'est d'aider ceux dont on a besoin d'atteindre les leurs. Ça suppose de travailler en équipe.

Le télétravail, c'est l'antithèse de l'esprit d'équipe ? 

Ça peut réduire largement cette notion d'équipe, avec ses phénomènes de solitude, de distanciation sociale. Beaucoup de choses ont quand même été faites. Des e-apéros, des morning cafés, des goûters virtuels, des Whatsapp dédiés, des réunions ont été faites en télétravail, donc des efforts ont été menés pour préserver la cohésion et la communauté.

Donc l'esprit d'équipe à distance, c'est possible ?

C'est difficile, mais c'est possible. Cela va demander un effort managérial et aussi l'effort de tous. Il faut remettre l'humain au coeur de l'organisation, développer des rituels managériaux pour renforcer la cohésion du groupe, par exemple le rituel du matin, une manière de commencer la journée ensemble, c'est important quand certains sont au travail et d'autres à la maison, faisons au moins une fois par jour quelque chose ensemble.

Est-ce que la tentation n'est pas un peu forte de lever le pied sur ces rituels, maintenant que certains sont de retour au travail ?

C'est vrai, c'est ce qu'on observe et c'est encore pire, parce que vous avez des gens qui se retrouvent seuls à un étage de l'entreprise, seuls dans un open space, et la solitude est encore pire quand elle a lieu dans le cercle de l'entreprise. Il faut développer l'esprit collectif, qu'on ne peut pas résumer aux moments conviviaux. L'esprit d'équipe, c'est aussi l'implication de chacun dans les débats, c'est des échanges d'informations, c'est l'expression des craintes, c'est proposer des suggestions, c'est tout ça qui va fonder une communauté de travail.

Entretenir l'esprit d'équipe dans des groupes moins nombreux, comment on fait ?

Il y a les outils technologiques et les échanges en petit comité, avec la distanciation sociale et le masque, mais ces échanges en petit comité sont plus rassurants, sont plus agiles, plus intimes et plus sécurisants et plus efficaces.

L'esprit d'équipe a-t-il pu se renforcer en traversant la crise ?

Il y a l'hypothèse pessimiste qui est de dire qu'on assiste à des comportements de défiance, et l'autre qui consiste à dire que ce manque de proximité montre à quel point nous avons besoin de l'autre. Je suis optimiste, en situation de crise on a toujours vu les Français se montrer généreux. Rappelez-vous les files d'attente pour donner son sang lors des attentats de Charlie. Gageons que les Français vont faire preuve de solidarité et les salariés travailler encore plus ensemble.

L'esprit d'équipe, c'est uniquement l'affaire du manager ?

C'est du ressort de chacun. Plutôt que d'envoyer un mail, téléphonez, plutôt que de rester calfeutré chez vous, déplacez-vous de temps en temps, même avec toutes les distances de sécurité. Chacun doit construire la cohésion d'un groupe.

Open-space d\'une entreprise (illustration).
Open-space d'une entreprise (illustration). (GIANRIGO MARLETTA / AFP)