"On est sinistrés, comme Notre-Dame" : les guides-conférenciers manifestent pour dénoncer "l'abandon" de leur profession dans la crise du coronavirus

A l'occasion des Journées du patrimoine, les guides-conférenciers se mobilisent dans plusieurs villes pour réclamer davantage de soutien aux pouvoirs publics.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des guides-conférenciers manifestent à Paris le 19 septembre 2020. (VALENTIN DUNATE / RADIO FRANCE)

Ils ont choisi les Journées du patrimoine, puisqu'ils en sont les voix : les guides-conférenciers se mobilisent samedi 19 septembre pour défendre leur métier "piétiné" par le gouvernement. Des rassemblement étaient prévus dans une quinzaine de ville en France (Lyon, Strasbourg, Nice, Bastia, Toulouse, Marseille, Carcassonne) et notamment à Paris où ils étaient 200 guides devant la cathédrale Notre-Dame.

Ces guides conférenciers portaient un masque avec une croix bleue, façon de dire qu'ils sont désormais "baillonés". Jean-Manuel Traimond est guide-conférencier depuis 30 ans, il explique qu'"à cause de la pandémie, il n'y a plus de touriste à Paris, et nous n'avons plus de revenus. Donc nous devons tenir jusqu'à ce que les touristes reviennent. Entre-temps il nous faut le bénéfice de la solidarité nationale. Nous sommes deux types de travailleurs : des indépendants qui bénéficient du fonds de solidarité d'une part. Pour eux, il faut que ce fonds soit maintenu jusqu'au retour d'une situation sanitaire normale. D'autre part il y a des salariés, pour eux la situation est plus grave, notamment parce que leurs droits au chômage sont pour la quasi-totalité d'entre eux terminés." 

"Comme les intermittents, mais sans le statut"

C'est le cas de Sophie Bigogne, guide-conférenciere depuis 35 ans, elle comme des centaines d'autres salariés sont en CDD et ont plusieurs employeurs, comme des intermittents mais sans le statut. "Nous travaillons très exactement comme les intermittents du spectacle, mais nous n'avons pas les mêmes droits, il y a une profonde injustice à ce niveau." Un guide-conférencier salarié qui ne travaille pas en ce moment, "s'il n'a plus d'indemnité Pôle emploi, va toucher le RSA. C'est le cas de pas mal d'entre eux. On est sinistrés comme Notre-Dame."

On ne peut pas avoir à ce point abandonné une profession qui est au service du patrimoine.

Sophie Bigogne, guide-conférencière

à franceinfo

"Le patrimoine fait la richesse de la France. Mais qui va le présenter ? Qui va faire la publicité de la France ?", ajoute la guide. Les salariés aimeraient donc récupérer le statut d'intermitent. Quant aux entrepreneurs, ils demandent au gouvernement de prolonger le fonds de solidarité l'année prochaine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.