"Nous avons décidé de ne pas payer notre loyer" : l’annonce du déconfinement ne chasse pas la menace qui plane sur les salles de gym

Le déconfinement qui s'annonce pour le 11 mai ne concernera pas les salles de sport, toujours fermées, et ce jusqu'à nouvel ordre.

Une salle de sport déserte.
Une salle de sport déserte. (PATRICK LEFEVRE / MAXPPP)

Lors de son discours à l'Assemblée nationale mardi 28 avril, Édouard Philippe a précisé les conditions dans lesquelles se déroulerait le déconfinement progressif. C'est donc officiel : il faudra bel et bien patienter pour retrouver l'ambiance des salles de gym, fermées comme toutes les activités sportives en lieux couverts au moins jusqu'au 2 juin, à cause du coronavirus.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Chômage partiel et cours en ligne permettent pour le moment de tenir, explique Céline Wisselink, co-fondatrice du groupe Néoness. "On a toutes nos équipes au chômage, indique-t-elle, sauf les équipes du siège qui maintiennent une activité pour nos client, essentiellement digitale, pour qu’ils s’entrainent à domicile." Une clientèle fidélisée également en reportant les abonnements. Le point noir, ce sont les loyers. "Aujourd’hui, poursuit Céline Wisselink, les négociations sont compliquées avec les bailleurs. Et nous avons une position assez ferme car nous sommes convaincus d’être dans notre bon droit : nous avons pris la décision de ne pas payer notre loyer."

Impossible de tenir plus longtemps

Mais impossible de tenir beaucoup plus longtemps. Un plan sanitaire a été proposé au ministère des Sports pour une reprise en juin. "On s’engage à ce qu’il n’y ait pas plus d’un client tous les 5 m², indique Céline Wisselink, on peut mettre en place un système de réservation pour les cours collectifs, pour pratiquer en étant certain qu’il y ait dans la salle un nombre maximum de personnes, que l’on garantit." Toutes ces propositions pouvant s’appliquer sur un certain nombre de mois… Selon une étude de l'Union sport et cycle, les pertes pour les salles de gym et les sports en lieux couverts s'élèvent déjà à 470 millions d'euros pour le premier semestre.

Les salles de sport toujours fermées : écoutez le reportage de Fanny Lechevestrier
--'--
--'--