Non, Nicole Belloubet n'a pas menacé de porter plainte contre Jean-Pierre Pernaut après son "coup de gueule" contre le gouvernement

Le présentateur star de TF1 a dénoncé le caractère "incohérent" de la gestion de la crise du coronavirus par les autorités. Dans la foulée, un compte Twitter parodique a prêté à la ministre de la Justice des propos critiques à l'égard du journaliste. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Jean-Pierre Pernaut, le 9 février 2019 au Stade de France à l'occasion du Trophée Andros. (FLORENT GOODEN / DPPI MEDIA / AFP)

De son propre aveu, Jean-Pierre Pernaut a poussé un "petit coup de gueule" dans le JT de 13 heures de TF1, vendredi 24 avril. Le présentateur star de la première chaîne a critiqué la gestion de la crise sanitaire du coronavirus par le gouvernement, au 39e jour du confinement. Des propos qui ont suscité de vives réactions sur les réseaux sociaux, certains internautes approuvant, d'autres condamnant.

Le journaliste, par ailleurs directeur adjoint de l'information du groupe TF1, a d'abord pointé le "contraste" entre une scène vue près de chez lui – "un monde fou sur les trottoirs, des adultes, des enfants qui jouent, plein de monde, sans masque et sans contrôle" – et d'autres filmées dans les reportages - "des PV infligés à des gens qui se promènent tout seuls sur une plage, à la montagne et en forêt, alors qu'il n'y a aucun risque dans les régions où il n'y a pas de virus". "Tout cela paraît incohérent", estime-t-il.

"Incohérent", "comme les masques interdits en pharmacie, mais autorisés chez les buralistes, comme les fleuristes fermés pour le 1er-Mai, mais les jardineries ouvertes, comme les cantines bientôt ouvertes, mais les restaurants toujours fermés", poursuit Jean-Pierre Pernaut. "On a du mal à comprendre tout ça", lâche-t-il. Et le présentateur de continuer son énumération : "Entre les infos, un jour, sur un déconfinement par région, le lendemain, ce n'est plus par région. Un jour, l'école est obligatoire, le lendemain, elle ne l'est plus."

"Inadmissible" de la part d'un présentateur ? 

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont réagi à une déclaration attribuée à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, en réaction à ces critiques. D'après cette publication, partagée et commentée des dizaines de milliers de fois, la garde de Sceaux aurait déclaré que les propos de Jean-Pierre Pernaut pouvaient "faire l'objet d'une sanction pénale". Elle aurait également jugé qu'"il est inadmissible qu'en France un présentateur télé puisse impunément critiquer le pouvoir en place"

Ces propos n'ont en réalité jamais été tenus par Nicole Belloubet. Ils ont été inventés de toute pièce par un compte Twitter parodique appelé "Le Journal de l'Elysée", dont le nom a pu induire certains internautes en erreur.

La page Facebook France Actus, qui a participé à propager la fausse déclaration de la ministre de la Justice, a reconnu son erreur, quelques heures plus tard. Mais sur les réseaux sociaux, la garde des Sceaux continuait d'être attaquée.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.