Municipales : "La candidature d’Agnès Buzyn à Paris n’est absolument pas remise en cause", affirme Stanislas Guerini

Stanislas Guerini, dont le nom circulait pour remplacer l'ancienne ministre, dément dans Le Parisien vouloir se lancer dans la course à la mairie de Paris. 

La candidate LREM à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, lors d\'un discours au siège de campagne, à Paris, le 15 mars 2020.
La candidate LREM à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, lors d'un discours au siège de campagne, à Paris, le 15 mars 2020. (JULIEN DE ROSA / AFP)

"Elle est et elle restera notre candidate à Paris." La candidature d’Agnès Buzyn aux municipales dans la capitale "n’est absolument pas remise en cause", affirme Stanislas Guerini, délégué général de La République en marche, dans Le Parisien, jeudi 14 mai. L'ancienne ministre de la Santé "a fait le choix de se mettre en retrait pendant la crise sanitaire pour retourner à l'hôpital et soigner les malades. Mais quand la campagne électorale reprendra, elle reprendra ses habits de candidate, je n'ai aucun doute dessus", poursuit-il.

Le patron de LREM, dont le nom circulait pour remplacer Agnès Buzyn, qui n'a recuelli que 17,26 % des voix au premier tour, dément ainsi vouloir se lancer dans la course à la mairie de Paris. "Ces rumeurs ne viennent évidemment pas de moi. Je suis actuellement numéro 2 sur la liste dans le 17e arrondissement, je n'ai pas l'intention de changer de position" assure Stanislas Guerini.

Un second tour en juin ou septembre

Dans un entretien au Monde mi-mars, l'ancienne ministre disait avoir alerté Edouard Philippe dès le 30 janvier sur le fait que les élections municipales "ne pourraient sans doute pas se tenir" en raison de l'épidémie de Covid-19. "Depuis le début, je ne pensais qu'à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade", déclarait-elle, déclenchant une polémique au sein de la majorité. 

Le second tour des élections municipales "devra se faire au plus tard en juin", a indiqué début mai le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Mais, si cela n'était pas possible, ses services travaillent sur "une hypothèse" de deux tours "fin septembre" pour les seuls conseils municipaux non élus.