Cet article date de plus d'un an.

"Mon chiffre d'affaires est diminué de 84%" : les petites entreprises françaises en Chine menacées par le Covid-19

L'arrêt quasi-complet de l'économie en Chine depuis plus d'un mois met les entreprises francaises sous pression, notamment les TPE et les PME. L'impact économique s'annonce important si l'épidémie ne s'arrête pas rapidement. Reportage dans une rue du centre de Pékin où plusieurs commerces français sont installés.  

Article rédigé par
Édité par Ariane Schwab - franceinfo - Dominique André
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Pékin au rythme du coronavirus Covid-19 (photo d'illustration). (GREG BAKER / AFP)

Dans son immense usine où sont fabriqués quotidiennement des baguettes, pains au chocolat et autres gâteaux, il n'y a plus que huit des 200 employés habituels. Tous les autres sont retenus dans les provinces, bloqués par le coronavirus ou en quarantaine.

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de coronavirus Covid-19.

Si tout ne rentre pas dans l'ordre rapidement à Pékin, la situation sera critique pour la PME française Comptoirs de France créée en 2006, s'inquiète Benjamin Devos. "Mon chiffre d'affaires est diminué de 84%. Avec 16% du chiffre d'affaires, c'est difficile de payer toutes les charges, avoue l'entrepreneur. Normalement, on livre les hôtels, les restaurants et les compagnies aériennes. Mais aujourd'hui, les compagnies aériennes ont arrêté de venir en Chine. Les hôtels sont fermés ou avec un taux d'occupation qui est extrêmement réduit, donc ils n'ont pas besoin de nous. Et les restaurateurs tirent tous la langue. Exactement comme nous. Ils ont pignon sur rue mais il n'y a pas de trafic, il n'y a pas de bonne solution."

Je pense qu'il y a énormément de TPE, de PME qui vont fermer si jamais ça continue, même quinze jours, trois semaines. Ils n'auront pas les moyens avec leur petite trésorerie de payer leurs salaires et leur loyer.

Benjamin Devos, patron de PME

à franceinfo

Un financement participatif a été lancé sur internet par des clients américains pour sauver l'entreprise française. La solidarité, c'est aussi ce qui soutient David Thierry, jeune chef et manager d'un restaurant français "O steak", qui respecte à la lettre la réglementation anti-coronavirus pour pouvoir rester ouvert. "On a mis en place avec nos fournisseurs des délais de paiement, explique le jeune chef. Généralement dans un restaurant, on paye à la fin du mois. On a mis en place des paiements de trois mois pour essayer de s'en sortir."

Notre propriétaire nous a fait un beau cadeau aujourd'hui. Il nous a offert l'échelonnement du loyer plus une ristourne de 15% sur le loyer tous les mois.

David Therry, jeune chef et manager

à franceinfo

"C'est vraiment un beau cadeau, se réjouit David Thierry qui reste prudent. Mais il faut voir. Je ne sais pas encore."  

Selon une enquête de la Chambre de commerce française et de l'ambassade de France en Chine, deux tiers des entreprises françaises estiment que leur chiffre d'affaires pourrait chuter jusqu'à 50% au premier semestre. La solution, c'est la mort du coronavirus, le plus tôt possible.

L'économie chinoise à l'arrêt pour cause de coronavirus. Dominique André a rencontré pour franceinfo des entrepreneurs français installés à Pékin.
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.