Port du masque : ceux qui militent contre

Leur slogan : "Bas les masques !". Ils étaient des milliers dans les rues de Berlin samedi 1er août. Leurs cibles sont toutes les mesures sanitaires mises en place en Allemagne comme ailleurs, à commencer par les masques.

Aucun masque, aucune distanciation sociale, c’est assumé, et revendiqué. A Berlin, ces manifestants disent non aux gestes barrières : "On veut revenir à la démocratie, loin de ces lois qui nous ont été imposées et de ces masques qui nous rendent esclaves", argue un manifestant. Un mouvement anti-masque prend de l’ampleur partout dans le monde, comme aux États-Unis ou Canada. C’est un combat idéologique pour certains, qui vire parfois à l’affrontement.

"Le masque, c’est le virus de la peur"

En France, certains contestent l’obligation de le porter dans les lieux publics. En Alsace, ces entrepreneurs ne croient pas aux arguments du gouvernement ni à une seconde vague : "Le masque est aussi un virus. C’est le virus de la peur", défend une femme. "Est-ce que le port du masque empêche vraiment le virus de passer ? Je ne crois pas", défend un autre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron porte une surblouse, une charlotte et un masque lors de sa visite de l\'usine de fabrication de masques Kolmi-Hopen, à Saint-Barthélemy-d\'Anjou (Maine-et-Loire), le 31 mars 2020.
Emmanuel Macron porte une surblouse, une charlotte et un masque lors de sa visite de l'usine de fabrication de masques Kolmi-Hopen, à Saint-Barthélemy-d'Anjou (Maine-et-Loire), le 31 mars 2020. (LOIC VENANCE / POOL / AFP)