Dans les bars et restaurants de Paris, la police contrôle le respect du port du masque et des gestes barrière

Depuis le début du mois d'août, la préfecture de police a mené plusieurs centaines de contrôles à Paris dans des bars et restaurants.

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Opération de contrôle du port du masque dans le 11e arrondissement de Paris, le 28 août 2020. (RAPHAEL PUEYO / MAXPPP)

Le port du masque à Paris est obligatoire partout depuis vendredi 28 août. Les règles dans les bars et restaurants de la capitale n'ont elle pas changées. Distanciation physique d'un mètre entre les tables, port du masque quand on se déplace aux toilettes par exemple, interdiction de se tenir debout au comptoir sans masque, masque pour tous les employés et les autorités peuvent contrôler le respect de ces mesures. Alors quand cinq policiers pénètrent dans le bar de Samir dans le 11e arrondissement de Paris et lui réclament "les papiers de l'établissement, s'il vous plaît", l'ambiance retombe immédiatement.

Dans la salle il y a une dizaine de tables de billard, et des joueurs, pas tous masqués : "Je vais juste vous demander un truc, c'est qu'à partir du moment où vous êtes debout et vous jouez au billard, vous portez le masque. Pour boire un verre, vous restez assis, et pour aller au billard, vous mettez le masque."

Un client s'étonne : "Ça veut dire que là, je bois un verre, je suis assis et je ne porte pas de masque, et à partir du moment où je vais juste là, je dois porter le masque ?" "C'est technique, il faut le savoir" ironise une autre. Ces clients ne comprennent donc pas vraiment la logique, mais le patron du lieu, Samir, se montre lui compréhensif devant les policiers : "Tout va bien, on respecte les règles nous aussi. On fait avec, on n'a pas le choix." Il n'est pas verbalisé, les policiers font de la "pédagogie".

Des sanctions qui peuvent aller jusqu'à la fermeture administrative

C'est la démarche des forces de l'ordre dans les bars inspectés : dialogue avec les clients, rappel des règles. Mais parfois, ça va trop loin, et les policiers sévissent : "Ici, on a une concentration de personnes très importante, décrit le commissaire Angé. Le gérant à été invité à faire davantage respecter les gestes barrière, donc on lui notifie une mise en demeure pour qu'il se mette en conformité. Et s'il s'avérait qu'en repassant ici, on constate que ça n'a pas changé, on pourrait le verbaliser et même envisager une fermeture décidée par le préfet au vu des infractions constatées."

Sur quinze bars contrôlés lors de cette soirée, un seul a été mis en demeure, alors qu'au total, depuis un mois, dix établissements ont été fermés en région parisienne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.