"Les touristes peuvent venir" : le gouvernement italien se veut rassurant face à l'épidémie de coronavirus Covid-19 qui frappe le pays

Alarmiste au début, le gouvernement italien cherche maintenant à rassurer sur la situation sanitaire et les mesures prises.

 Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio montre une carte des municipalités isolées dans le pays lors d\'une conférence de presse à l\'Association de la presse étrangère à Rome, le 27 février 2020.
 Le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio montre une carte des municipalités isolées dans le pays lors d'une conférence de presse à l'Association de la presse étrangère à Rome, le 27 février 2020. (TIZIANA FABI / AFP)

L'Italie reste le pays européen où le plus grand nombre de cas de coronavirus Covid-19 ont été recensés, et le pays est inquiet de l'image qu'elle renvoie au monde. Les régions de Vénétie et de Lombardie sont les plus touchées dans le pays, et la situation affecte aussi les régions voisines comme le Piémont et sa capitale Turin

Inquiétude sur l'économie

Un plan de l'Italie à la main, le ministre des Affaires étrangère Luigi Di Maio veut montrer au monde la réalité de la crise sanitaire. Seulement 0,05% du territoire national est touché par les foyers de coronavirus Covid-19 dans dix villes de Lombardie et une en Vénétie. Il dénonce les faux chiffres qui circulent sur les cas détectés en Italie et s'inquiète pour l'économie de son pays. "Nos enfants vont à l'école dans la plupart des écoles italiennes, explique le ministre. Tant que nos enfants vont à l'école, les étrangers et les touristes peuvent venir ici."

Les investisseurs peuvent venir ici et nos entreprises peuvent continuer à travailler !Luigi Di Maio, ministre italien des Affaires étrangères

Le nombre de tests effectués se retournent contre l'Italie, selon Luigi Di Maio. Le ministre de la Santé Roberto Speranza insiste précisément sur la transparence des autorités : "L'Italie est le pays qui fait le plus de contrôle, nous avons isolé tous les cas positifs et retracé toutes les personnes qui ont eu un contact avec ces cas positifs. Nous suivons avec le maximum d'attention l'évolution de la situation."

L'opposition, elle, renvoie la majorité dans ses buts. Selon Matteo Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, le gouvernement a été trop alarmiste et il ne sait pas gérer cette urgence. Même Matteo Renzi, du Parti démocrate italien, s'associe à ces critiques. L'unité nationale contre l'épidémie attendra.