Déconfinement : le port du masque n'est plus obligatoire dans les cours de récréation

Matignon avait dans un premier temps maintenu le port du masque obligatoire à l'extérieur pour les élèves de plus de 6 ans. Ce changement survient après un avis favorable du Haut Conseil de la santé publique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des enfants dans une cour d'école, le 26 avril 2021 à Elne, dans les Pyrénées-Orientales. (JC MILHET / HANS LUCAS / AFP)

RECTIFICATIF. C'est bien après un avis du Haut Conseil de la santé publique que cette décision a été prise par le gouvernement, et non de la Haute Autorité de santé, comme indiqué dans une première version. 


C'est le retour de la récréation le nez à l'air ! Le masque ne sera plus obligatoire dans les cours de récréation à partir de jeudi, a annoncé Matignon, mercredi 16 juin, après avoir reçu un avis favorable du Haut Conseil de la santé publique. Le gouvernement est revenu sur sa décision initiale de considérer les cours d'écoles, de collèges et de lycées comme des espaces de "regroupement et de proximité" et d'y maintenir l'obligation du port du masque. Ce dernier ne sera plus obligatoire dès jeudi à l'extérieur, à quelques exceptions près, avait déclaré plus tôt le Premier ministre à l'issue du Conseil des ministres.

Le ministère de l'Education a précisé, dans la soirée, que cette annonce sur l'abandon du port du masque dans les cours d'école était tombée trop tard pour qu'une information officielle soit communiquée aux membres du personnel de l'Education nationale. Au micro de France Inter, jeudi matin, le ministre Jean-Michel Blanquer s'est réjoui de la possibilité pour les écoliers, collégiens et lycéens de se découvrir le visage en récréation. "C'est une bonne chose", a-t-il estimé, soulignant que "beaucoup d'enfants et d'adolescents trouvaient pénible d'avoir à porter le masque pendant le temps de récréation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.