Cet article date de plus d'un an.

"La pizza c'est une tradition, les clients la désirent" : les pizzaïolo napolitains se remettent au travail avant le déconfinement

En Italie, le déconfinement débutera à partir du 4 mai. Mais pour les restaurateurs, et notamment les célèbres pizzaïolo napolitains qui peuvent désormais livrer leurs pizzas, des règles très strictes vont accompagner cette reprise de leur activité. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un pizzaïolo napolitain prépare à nouveau des pizzas, après l'autorisation donnée dans la région de Naples (Italie) à le reprise des livraisons, le 27 avril 2020.  (ROBERTA BASILE / IPA / MAXPPP)

L’Italie va sortir peu à peu du confinement à partir du lundi 4 mai. Mais c’est déjà la révolution à Naples, la ville de la pizza : les pizzerias ont obtenu l’autorisation de livrer, dans une des rares régions où même les livraisons n’étaient pas autorisées. Pour autant, vu les contraintes, peu de fours ont repris du service. 

>> Coronavirus : suivez l'évolution de la pandémie en France et dans le monde

"Quand on fait ce métier, faire la pizza, on le fait avec amour, tu travailles avec le cœur !" Ce n’est pas la peine de faire parler longtemps Luigi, le pizzaïolo de O’Munaciello, sur la place du Jésus nouveau. Il a même compté les jours : 47, sans pouvoir faire de pizzas. "Pour quelqu’un qui travaille tous les jours, rester à la maison, tu ne sais même pas quoi faire, c’est dur ! Maintenant, on doit vivre comme ça, avec les masques, les gants. On doit se donner de la force, ça aussi ça passera !"

Luigi est venu tôt pour faire chauffer le four qui doit atteindre 400 degrés. Et il faut maintenir la chaleur pour offrir la meilleure pizza à ses clients selon le patron, Massimo Orlandi. Il sait que ses clients sont impatients de retrouver leurs pizzas, mais pour autant, il ne s'attend pas à un afflux de commandes. "Ils la désirent la pizza c’est une tradition" dit le restaurateur, mais il compte à peine faire 3% de son chiffre, ce qui ne va même pas couvrir le loyer très cher dans le cœur historique de Naples. "On ne va pas gagner d’argent en rouvrant comme ça. Nous n’avons que des restrictions : les personnes peuvent appeler de chez elles mais nous devons livrer à domicile. On s’est mis d’accord avec des sociétés de livraisons mais elle ne sont pas prêtes car elles ne croyaient plus que cela pourrait repartir."

Des prescriptions drastiques pour la réouverture

"Chaque jour, ils ont changé d’avis jusqu’à nous autoriser à peut-être rouvrir le restaurant le 1er juin mais avec des restrictions terribles", déplore Massimo. Il faudra alors deux mètres entre chaque table : 70% de sa surface ne sera pas utilisable a déjà calculé Massimo.

Potito, lui, a décidé de ne pas ouvrir tout de suite car les conditions sont trop difficiles à remplir. "Nous devrons désinfecter quasiment à la perfection le restaurant et même après, toutes les heures nous devrons re-nettoyer avec des détergents. Ça va aussi être compliqué d’appeler les fournisseurs de détergents et de faire ensuite faire les contrôles."

Potito espère ouvrir une semaine plus tard. Bien sûr il sait que les touristes ne reviendront pas à Naples avant un moment, mais les Napolitains eux sortent déjà bien plus que les Romains. Et s’ils ne sont pas habitués à se faire livrer, beaucoup attendent de revenir ensemble au restaurant.

Le retour des pizzas napolitaines en livraison. Retrouvez le reportage de Bruce de Galzain.
écouter

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.