Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : les Italiens, bientôt autorisés à revoir leurs "proches", s'arrachent les cheveux sur la signification de ce mot

Dimanche soir, le Premier ministre Giuseppe Conte avait expliqué à ses concitoyens qu'à compter du 4 mai, il serait possible de "rendre visite à des proches", sans être plus précis.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Sur la place del Plebiscito, à Naples (Italie), le 15 avril 2020. (FABIO BURRELLI / NURPHOTO / AFP)

"Congiunti" ("proches"), est devenu en quelques heures le mot le plus recherché sur internet en Italie. Dimanche 26 avril, le Premier ministre Giuseppe Conte a expliqué à ses concitoyens qu'à compter du 4 mai, première phase du déconfinement dans le pays, il serait possible de "rendre visite à des proches, mais seulement en respectant les distances et en portant des masques", ajoutant qu'il n'y aurait "pas de réunions de famille" importantes.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Depuis, un débat agite les médias sur la signification du mot "proches". Avec une question sous-jacente: est-ce qu'aller voir son cousin au deuxième degré ou sa petite amie offrira à partir du 4 mai l'assurance de ne pas être sanctionné lors d'un contrôle?

"Une formule un peu large et générique"

"Les proches, c'est une formule un peu large et générique (...), cela ne signifie pas qu'on peut aller chez ses amis et faire la fête", a tenté d'expliquer le Premier ministre Giuseppe Conte lundi soir.

"Voici qui vous pouvez considérer comme un proche", a ainsi titré le très sérieux quotidien financier Il Sole 24 Ore. Selon le journal, un couple de fiancés officiels est à l'abri d'une contravention. Sortir sera plus risqué pour des relations moins officialisées.

Mais d'autres journaux sont en désaccord total avec cette analyse: "Des petits amis sont aussi des proches", affirme Il Messaggero. Le quotidien cite une source anonyme de l'entourage de Giuseppe Conte qui agrée mais nuance : "Des petits amis stables" sont potentiellement des "proches".

Selon son concurrent, le Corriere della Sera, le gouvernement envisage d'inclure le débat (afin de l'éclaircir) dans le Questions-Réponses qu'il met depuis le début de la crise à la disposition des citoyens.

"Ce n'est pas le moment d'abandonner"

"De nombreux citoyens sont mécontents des nouvelles mesures. Tout le monde espérait revenir à la normale, mais il n'y a pas les conditions pour revenir à la normale. Nous devons le dire clairement et fermement", a déclaré lundi soir à Milan Giuseppe Conte. "Ce n'est pas le moment d'abandonner", a-t-il ajouté, relevant qu'un quart des contagions avaient lieu dans le cadre familial.

Il s'agissait de sa première visite en Lombardie depuis le début de la pandémie de coronavirus. Cette région du Nord est la plus touchée avec près de 13 500 morts, soit la moitié des décès dans le pays.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.