La Belgique opte pour des centres de traçage

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
La Belgique opte pour des centres de traçage
Article rédigé par
France Télévisions

L'application StopCovid, très décriée, n'a pas été abandonnée en France. Une première partie du code source sera rendue publique mardi 12 mai et sera testée en laboratoire. La Belgique a, en revanche, adopté l'idée des centres de traçage.

Dernière répétition avant le lancement lundi 11 mai des centres de traçage en Belgique. Ils auront pour but de suivre les patients malades du Covid-19 et d'identifier leur entourage. 2 000 opérateurs ont été recrutés. Ils ont pour rôle de rappeler les gestes de base aux malades et de déterminer avec eux les personnes qu'ils ont pu contaminer. "On va faire avec eux un listing des contacts qu'ils ont eus dans une période déterminée. Ce, pour après les contacter et les prévenir", explique un opérateur. Les coordonnées sont transmises par le personnel médical et introduites sur une plateforme nationale. Les opérateurs du centre d'appel n'ont accès qu'au statut du patient dont le numéro de téléphone est anonymisé. "On ne peut pas donner le nom des personnes qui ont communiqué des informations et inversement. Donc ils sont protégés par le secret médical", ajoute une opératrice.

L'application non abandonnée

Pour ceux qui ne peuvent pas être contactés part téléphone, des agents seront déployés sur le terrain. Une loi fédérale va encadrer les données collectées, elles ne pourront être utilisées que pour le coronavirus. Un outil essentiel pour le déconfinement même si la Belgique n'exclut pas recourir également à une application sur le téléphone.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.