Cet article date de plus de deux ans.

Jusqu'à 700 000 tests par semaine : "Ça va être très, très difficile", selon le généticien Philippe Froguel dénonçant la bureaucratie de la santé

Philippe Froguel regrette les "lourdeurs administratives" qui, selon lui, nuisent à la lutte contre l'épidémie de Covid-19. Il se dit "pessimiste" sur la capacité française à effectuer 500 000 tests de dépistage par semaine après le déconfinement.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Test de dépistage du Covid-19 dans un Ehpad à Saint-Rogatien (Charente-Maritime) le 16 avril 2020. (JULIEN FLEURY / RADIOFRANCE)

Alors que le ministre de la Santé promet qu'entre 500 000 et 700 000 tests de dépistage seront pratiqués chaque semaine après le déconfinement, le généticien et endocrinologue au CHRU de Lille Philippe Froguel estime samedi 25 avril sur franceinfo que "ça va être très, très difficile" et en profite pour dénoncer les lourdeurs administratives car "la bureaucratie de la santé en France est une des pires bureaucraties".

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Philippe Froguel a proposé de mettre son laboratoire à disposition dès le 12 mars mais cela n'a été accepté que le 5 avril et il y a encore eu des "obstacles administratifs" : "J'avais simplement pensé qu'en temps de guerre, il fallait faire bouger la réglementation", explique-t-il, cinglant, "je crois que la bureaucratie de la santé en France est une des pires bureaucraties".

Ordres et contre-ordres au sein de l'administration

"Je pense que cette façon de voir la santé uniquement par le prisme des hôpitaux et surtout des hôpitaux universitaires, est dangereuse, dénonce le spécialiste. Et puis, tout est beaucoup trop réglementé. Et surtout, ce qui m'a frappé, c'est l'absence de chaîne de commandement claire entre l'Elysée d'un côté qui donne des impulsions, mais ensuite, tout était dilué, il y avait des contre-ordres qui venaient du ministère de la Santé."

Selon lui, atteindre 700 000 tests par semaine après le 11 mai, "ça va être très, très difficile parce que j'ai un peu peur que le gouvernement, quand il annonce des chiffres, confond ce qu'il veut obtenir et la réalité. Moi, je serais très, très étonné si on faisait effectivement déjà aujourd'hui 300 000 tests par semaine. Je serais plutôt, selon les pointages, à 200 000, ce qui veut dire qu'il y a encore beaucoup, beaucoup à faire", calcule le généticien, avouant être "un peu pessimiste".

Philippe Froguel est "inquiet aussi du fait qu'on ne parle que de nombre de tests" car "quantité ne veut pas dire qualité". Selon lui, il faut davantage se poser les questions du type de tests à privilégier et du type de personnes qui seront ou non testées. Il tacle : "Simplement dire qu'on ne va pas tester 67 millions de Français, c'est enfoncer une porte ouverte."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.