Cet article date de plus d'un an.

"Je pense qu'il y a une manipulation politique" : la maire sortante de Montauban, en tête du premier tour des municipales, critique la gestion de la crise du coronavirus

Brigitte Barèges (LR), qui a obtenu 46,28 % au premier tour, a choqué en déclarant dimanche soir, après l'annonce des résultats : "Le virus est très contagieux, pour autant il ne faut pas céder à la psychose, on n'en meurt pas."

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Brigitte Barèges, entourée de son équipe de campagne, après le premier tour des élections municipales à Montauban (Tarn-et-Garonne), le 15 mars 2020. (PATRICIA HUCHOT-BOISSIER / HANS LUCAS / AFP)

Ce n'est pas son score, mais ses propos qui choquent. La maire sortante (LR) de Montauban (Tarn-et-Garonne), Brigitte Barèges, est arrivée en tête du premier tour des élections municipales, dimanche 15 mars, avec 46,28% des voix. "Si les choses avaient été normales, nous aurions pu être élus dès le premier tour", a d'abord estimé Brigitte Barèges, interrogée par La Dépêche du Midi et France 3 Occitanie, après l'annonce des résultats.

Puis la maire de Montauban a glissé sur le terrain du coronavirus. "Le coronavirus est très contagieux, pour autant il ne faut pas céder à la psychose, on n'en meurt pas, 1 à 2% à peine, c'est déjà beaucoup mais 98% des gens guérissent. Donc mettre un couvre-feu d'une telle violence sans rien prévenir la veille d'un scrutin, franchement, je pense qu'il y a une manipulation politique", a-t-elle déclaré à l'adresse du gouvernement.

Mise en examen pour "détournement de fonds publics", Brigitte Barèges a appris sa convocation devant le tribunal correctionnel de Toulouse en février, dans une affaire d'emploi fictif présumé à la mairie, un dossier "politique" selon elle. L'élue a toujours nié les faits reprochés dans ce dossier. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.