L'invité éco, France info

"Il ne faudrait pas qu'il y ait plus de morts par la crise économique que par le Covid", déclare Jean-Claude Mailly

D'après l'ancien secrétaire général de Force Ouvrière, "l'activité économique doit reprendre" mais "la négociation doit tenir un rôle central" pour prévoir "des aménagements".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, invité de franceinfo lundi 26 février 2018.
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, invité de franceinfo lundi 26 février 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

"Il ne faudrait pas qu'il y ait plus de morts par la crise économique que par le Covid", a déclaré mercredi 15 avril sur franceinfo Jean-Claude Mailly, ancien secrétaire général de Force ouvrière, consultant fondateur de JCBC Conseil. D'après lui, "l'activité économique doit reprendre" mais "la négociation doit tenir un rôle central" pour prévoir "des aménagements" en pleine crise sanitaire du coronavirus.

>> Coronavirus : confinement, traitement, annonces du gouvernement... Retrouvez toutes les infos sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

D'après Jean-Claude Mailly, "maintenant le vrai problème, c'est de savoir gérer cette situation d'incertitude à la fois la sécurité sanitaire, mais aussi savoir faire redémarrer l'activité économique avec des garanties. Il ne faudrait pas, je vais être un peu brutal, qu'il y ait plus de morts par la crise économique que par le Covid."

Des garanties sanitaires dans les entreprises

Mais avant une reprise du travail, "il faut bien entendu qu'il y ait toutes les garanties sanitaires dans les entreprises". Selon l'ancien secrétaire général de Force Ouvrière, cela doit passer par une négociation. "Il faut retrouver le rôle des interlocuteurs sociaux dans les entreprises où il y a une un climat social correct", explique-t-il, prenant l'exemple d'Airbus, PSA ou encore Renault, afin de "prévoir les conditions d'une reprise", même partielle. "Après, il va falloir faire une distinction entre les entreprises qui sont en contact avec le public et celles qui ne le sont pas", ajoute Jean-Claude Mailly. "Ça ne peut être qu'une reprise de caractère progressif, avec des aménagements des locaux, des questions d'organisation du travail. Tout ça, ça ne peut passer que par la négociation dans l'entreprise, mais aussi au niveau des branches professionnelles, notamment pour toutes ces entreprises où il n'y a pas de négociation pour qu'il puisse s'appuyer sur un accord."

Il y a deux conditions nécessaires sur lesquelles on n'a toujours pas de réponse : à partir du 11 mai, est ce qu'il y aura des masques en nombre suffisant ? Est ce qu'il y aura des tests suffisants ?

Jean-Claude Mailly

à franceinfo

Concernant les récentes annonces d'Emmanuel Macron, Jean-Claude Mailly estime que cela va "dans le bon sens". Selon lui, "le gouvernement est dans une situation qui n'est pas facile parce qu'à la différence d'une crise économique 'traditionnelle', il y a une incertitude très forte. Que le gouvernement fasse fortement augmenter les budgets, à la fois sur les questions de chômage partiel, les aides diverses, même si on peut considérer que c'est insuffisant pour les familles qui sont en situation difficile, tout cela va dans le bon sens, y compris aider les entreprises qui sont dans la difficulté."

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, invité de franceinfo lundi 26 février 2018.
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO, invité de franceinfo lundi 26 février 2018. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)