Guadeloupe : instauration d'un couvre-feu après les scènes de violences

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
Article rédigé par
J. Vitaline, Guadeloupe la 1ère, L. Dulois - France 3
France Télévisions

La Guadeloupe est touchée par de nombreuses violences, alors que certains manifestent contre le pass sanitaire. Des actes qui ont mené le préfet, vendredi 19 novembre, à appliquer un couvre-feu sur l'île.

Un couvre-feu est instauré depuis vendredi 19 novembre en Guadeloupe pour l'ensemble de la population, en répercussion aux violences observées depuis plusieurs jours à travers l'île. Les manifestants poursuivent leur résistance, ne laissant passer que de rares véhicules de secours sur les routes, barricadées à l'aide d'arbustes et de barrières. En ville, les dégâts sont nombreux, causant l'incompréhension parmi la population. "Je ne vois pas le rapport avec le fait de brûler un magasin, je n'arrive pas à comprendre", confie une femme.

Un couvre-feu entre 18 heures et 5 heures du matin

Pour éviter de nouvelles tensions et la montée des violences, le préfet de la Guadeloupe a donc décidé d'imposer le couvre-feu aux habitants, entre 18 heures et 5 heures du matin, et ce, jusqu'au mardi 23 novembre. "Il est important que nous puissions rétablir l'ordre. Le couvre-feu est un des instruments qui permet de le faire", a expliqué Alexandre Rochatte, préfet de l'île. L'arrivée de 200 policiers et gendarmes sur l'île devrait également aider à rétablir l'ordre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.