Formation : l’apprentissage en danger

Face à la crise que vivent de nombreuses entreprises en France, une grande partie d'entre elles pourrait ne pas renouveler les contrats d’apprentis. Ce type de formation pourrait se retrouver dans une situation catastrophique.

FRANCE 2

La crise qui touche la France pourrait pousser plusieurs sociétés à ne pas renouveler les contrats d’apprentissages. Ils étaient 491 000 en 2019, un chiffre qui pourrait chuter. "Commencer sans entreprise, c’est compliqué, parce qu’on a le côté technique et pratique des deux, c’est pour ça que l’alternance, c’est très bien. Si je n’ai pas le côté pratique, ça va être vraiment très compliqué pour moi", témoigne Lucie Ganache. Comme beaucoup de ses camarades, cette apprentie craint de ne pas trouver une entreprise qui lui fasse confiance à la rentrée.

"On ne sait pas où on va"

Gérante de l’hôtel parisien Bonne Nouvelle, Charline Treves ne va pas renouveler trois contrats d’apprentis à la rentrée. "Ça nous revient à quoi, 18 000 euros par an en apprenti ? On ne sait pas où on va, on a encore peur d’une fermeture, on a encore peur de tout ça, donc on ne veut pas s’engager, encore prendre des gens", explique-t-elle. Les formateurs espèrent un coup de pouce de l’État. "L’idéal, ce serait que les pouvoirs publics puissent nous aider financièrement pour compenser les pertes de financement des contrats d’apprentissage", espère Pierre Mendès, responsable de l’École de Paris des Métiers de la Table (EPMT).

Le JT
Les autres sujets du JT
Des apprentis boulangers suivent leur formation, le 28 avril 2005 au centre de formation d\'apprentis (CFA) de Caen.
Des apprentis boulangers suivent leur formation, le 28 avril 2005 au centre de formation d'apprentis (CFA) de Caen. (MYCHELE DANIAU / AFP)