Football : Noël Le Graët espère une augmentation de la jauge des stades mi-juillet, "ça peut passer si le Covid ne nous fait pas de misère"

Le ministère des Sports reste pour le moment sur la jauge de 5 000 personnes, une limitation censée perdurer jusqu’à début septembre.

Vue du Stade de France, le 30 avril 2020.
Vue du Stade de France, le 30 avril 2020. (FRANCK FIFE / AFP)

Les fans de ballon rond attendent avec impatience la fin du mois de juillet. La Fédération française de football vient, en effet, de valider les dates des finales de Coupe de France et de Coupe de la Ligue. Ce sera le vendredi 24 juillet pour PSG/Saint-Étienne en Coupe de France, et la semaine suivante, le vendredi 31 pour la finale de la Coupe de la Ligue entre le PSG et Lyon. Ces deux finales se tiendront au Stade de France, avec une jauge maximale de 5 000 personnes sur les 80 000 sièges initialement prévus.

Une jauge que Noël Le Graët, le président de la Fédération française de football, espère augmenter d’ici là. "Pour le moment c'est 5 000, je suis obligé d'appliquer les règles. Quand on jouera au Stade de France, je vais demander plus."

Jouer devant 5 000 spectateurs quand on peut en avoir 80 000, ce n'est pas la même chose qu'à Guingamp où il y a 18 000 places.Noël Le Graëtà franceinfo

Les instances du football français soumettent depuis quelques jours des propositions au ministère des Sports pour le retour du public dans les stades : un retour à 100% avec des conditions sanitaires adaptées ou une jauge à 30% de la capacité du stade, respectant la distanciation physique. Mais le ministère des Sports reste pour le moment sur cette jauge de 5 000 personnes censée perdurer jusqu’à début septembre.

De nouveaux protocoles étudiés

"Le chiffre, c'est 5 000 personnes maximum dans un stade, martèle Roxana Maracineanu, la ministre des Sports. Nous allons continuer à travailler sur cette jauge. Les propositions nous remontent en ce moment de la part des organisateurs d'évènements, de la part des associations de supporteurs que nous avons associées à cette réflexion, de la part aussi des clubs professionnels qui ont mis en place des protocoles qui suivent le parcours de l'usager depuis le domicile des supporters jusqu'à leur arrivée dans le stade."

Un nouvel examen de la situation épidémiologique sera réalisé à la mi-juillet afin de décider si un assouplissement est envisageable. Noël Le Graët a promis de ne rien dire si jamais ce n’était pas le cas. "Je ne critiquerai jamais. Je trouve que l'État a quand même fait des efforts considérables, plus que ce qu'imaginaient certains pour le football et pour que les entreprises puissent repartir. Donc j'attends une décision positive, parce que 25 000 personnes ou 50 000 au Stade de France, je crois que ça peut passer si le Covid ne nous fait pas de misère dans les jours qui viennent." Le président de la FFF reste pragmatique, mais ce sera pourtant l’un des grands débats de ce début d’été entre le football français et le gouvernement.