Fermeture de l'usine Renault à Sandouville : "La posture de la CGT est irresponsable et infondée", juge Laurent Berger (CFDT)

Le leader de la CFDT, Laurent Berger, a jugé ce samedi sur France Inter que "la posture de la CGT est irresponsable et infondée" dans le dossier Renault à Sandouville (Seine-Maritime). La justice, saisie par la CGT, a contraint jeudi le groupe automobile à fermer son usine en raison de mesures de protection jugées insuffisantes face au Covid-19. Renault va faire appel.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, à Matignon, en janvier 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

"La posture de la CGT est irresponsable et infondée. Moi, je suis pour qu'on valorise le dialogue social de proximité et qu'on sorte des rapports de force stériles", a déclaré Laurent Berger, le leader de la CFDT. La justice, saisie par la CGT, a contraint jeudi le groupe automobile à fermer son usine de Sandouville (Seine-Maritime) en raison de mesures de protection jugées insuffisantes face au Covid-19. Renault va faire appel.

Laurent Berger est d’autant plus en colère contre la CGT qu’il estime qu’"un dialogue social assez exemplaire sur la reprise d'activité en toute sécurité pour les travailleurs" avait été mis en place, "avec un dialogue social très local, avec des commissions sanitaires qui vérifiaient les conditions".

700 intérimaires vont être renvoyés chez eux

Laurent Berger

"La réalité, c'est que l'usine va rester fermée. Lundi, les 700 intérimaires vont être renvoyés chez eux. C'est ça la réalité. Je crois qu'il faut arrêter ce type de pratiques et qu'il faut plutôt favoriser le dialogue social", a-t-il regretté.

Un dossier qui, selon lui, met une nouvelle fois en lumière deux attitudes syndicales : "Celles qui sont prêtes à tout pour stopper l'activité, ce n'est pas un service rendu aux travailleurs et je le dénonce... Et celles qui sont plus nombreuses à Renault et qui veulent négocier des conditions de reprise acceptables en toute sécurité. C'est ce qui avait été fait à Renault-Sandouville et donc cette fermeture obligée par le recours de la CGT est très, très grave", a-t-il affirmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.