Evacuation de la pelouse des Invalides : "Une situation totalement ubuesque", déplore une adjointe à la mairie de Paris

Pour Pénélope Komitès, il y a "un manque de clarté et de cohérence de la part du gouvernement" sur l'interdiction de réouverture des espaces verts dans la capitale.

Devant l\'hôtel des Invalides à Paris, le 19 mai 2020 (photo d\'illustration).
Devant l'hôtel des Invalides à Paris, le 19 mai 2020 (photo d'illustration). (THOMAS COEX / AFP)

L'évacuation jeudi 21 mai de la pelouse des Invalides, dans le 7e arrondissement de Paris, un des rares espaces de verdure ouverts depuis le déconfinement dans la capitale, illustre "une situation qui devient ubuesque", dénonce jeudi sur franceinfo Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Paris en charge notamment des Espaces verts et de la Nature en ville.

>> Retrouvez les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Elle explique ne pas avoir été là quand l'évacuation a eu lieu : "Je ne peux pas dire si c'était nécessaire ou pas d'évacuer les Invalides, mais visiblement, les gens étaient espacés, certains portaient des masques."

Si on respecte les gestes barrières, y compris sur une pelouse avec des masques et en ayant le mètre de distance, je ne vois pas pourquoi on évacue.Pénélope Komitès, adjointe à la mairie de Parisà franceinfo

Pour Pénélope Komitès, "les Parisiens ont envie de respirer et aujourd'hui, il y a trop peu de lieux" pour le faire. La mairie de Paris a demandé à plusieurs reprises la réouverture des parcs et jardins, ce qu'a refusé le gouvernement. "On assiste quelque part à un manque de clarté et de cohérence de la part du gouvernement, on a un énorme problème de questions sanitaires", lance l'adjointe en charge des Espaces verts. "On est en train de provoquer le contraire de ce qu'on souhaiterait en termes de santé publique et on est en train de créer des concentrations de populations", regrette-t-elle.

"Pourquoi cette spécificité parisienne ?"

Elle appelle ainsi une nouvelle fois à rouvrir les parcs et jardins, qui représentent "500 hectares" dans la capitale."On a des arrondissements qui sont denses, des gens qui sont confinés pendant des mois, des Parisiens qui ont extrêmement bien respecté ces consignes, qui sont prêts à bien les respecter" , argumente l'adjointe.

Si les parcs et jardins parisiens restent fermés ce week-end, d'autres villes voient leurs espaces verts rouvrir leurs portes, une situation incompréhensible pour Pénélope Komitès : "Je ne comprends pas bien pourquoi les autorisations sont données sur un territoire et pas sur Paris, en dépit des propositions très constructives que nous avons faites au gouvernement, pourquoi cette spécificité parisienne ?". "On a l'impression de punir les Parisiens", dénonce-t-elle.