Cet article date de plus d'un an.

Élections municipales : à Paris, Agnès Buzyn "arrête" sa campagne du second tour, à Bordeaux, Nicolas Florian juge que continuer n'est plus "possible"

L'ex-ministre, candidate à Paris, estime qu'il n'est pas raisonnable de tenir campagne dans le contexte d'épidémie de coronavirus. "Il n'y a plus de campagne électorale possible d'ici dimanche", juge aussi le maire de Bordeaux, Nicolas Florian.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Agnès BuzYn candidate LREM à la mairie de Paris, le 15 mars 2020. (JULIEN DE ROSA / POOL)

À Paris, la candidate LREM à la mairie, Agnès Buzyn, annonce lundi 16 mars dans un communiqué de presse qu'elle "arrête sa campagne du deuxième tour", "compte tenu de l'aggravation rapide de la situation sanitaire et de la situation dans les hôpitaux" due à l'épidémie de coronavirus. 

>> Suivez les dernières directives sur l'épidémie de coronavirus.

Agnès Buzyn, entrée en campagne il y a un mois pour remplacer au pied levé Benjamin Griveaux, est classée troisième à l'issue du 1er tour avec 17% environ des voix, derrière la LR Rachida Dati (environ 22%) et loin derrière la maire PS sortante et candidate à sa succession Anne Hidalgo (30%). L'ancienne ministre de la Santé ne retire pour autant pas sa candidature mais elle appelle ses équipes, ses colistiers et ses têtes de liste à "arrêter les actions de campagne et à suivre les recommandations du gouvernement", les invitant ainsi à "rester chez eux".

À Bordeaux, Nicolas Florian estime la campagne "hors jeu"

"Il n'y a plus de campagne électorale possible d'ici dimanche" dans ce contexte d'épidémie de coronavirus, juge de son côté lundi sur France Bleu Gironde le maire sortant de Bordeaux, Nicolas Florian. "Quels que soient les projets, les programmes que nous portions les uns et les autres, c'est hors jeu tout ça", affirme Nicolas Florian, arrivé en tête du premier tour des élections municipales avec 34,56 %, devant le candidat EELV-PS-PCF, Pierre Hurmic (34,38 %).


Pour permettre de lutter efficacement contre la propagation du coronavirus, Nicolas Florian annonce qu'il va "proposer aux présidents des groupes politiques du conseil municipal" de mettre "en place une équipe élargie, qu'on travaille ensemble, qu'on se serre les coudes et qu'on fasse passer le même message". Il appelle à un travail en équipe entre les différentes forces politiques bordelaises "dans les jours qui viennent si le second tour n'est pas maintenu, dans les heures qui viennent s'il l'est". Le maire de Bordeaux, successeur d'Alain Juppé, pointe du doigt les Girondins présents en nombre dimanche sur les quais de Bordeaux, malgré les consignes du gouvernement : "Il y a un peu de négligence. Il faut affirmer haut et fort qu'il y a un vrai risque, j'en appelle à la responsabilité de nos concitoyens".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.