Ehpad : la directrice du groupe Korian demande un assouplissement de l'interdiction des visites aux résidents

"Sur le plan humain, on ne peut infliger de telles mesures de séparation plus longtemps", estime Sophie Boissard dans "Le Figaro".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une résidente d'un Ehpad salue un photographe de la fenêtre de sa chambre d'un Ehpad de Montauban (Tarn-et-Garonne), le 30 mars 2020. (PATRICIA HUCHOT-BOISSIER / HANS LUCAS / AFP)

Le confinement adopté en France pour lutter contre le coronavirus va bientôt entrer dans son deuxième mois. Un isolement prolongé particulièrement difficile dans les Ehpad, où les visites sont strictement interdites, même si Emmanuel Macron souhaite les autoriser à nouveau pour les personnes en fin de vie. La directrice générale du groupe Korian plaide pour aller plus loin : dans un entretien au Figaro, jeudi 16 avril, elle réclame le rétablissement d'un "minimum de liens sociaux", quitte à trouver de nouvelles modalités de visites.

"Sur le plan humain, on ne peut infliger de telles mesures de séparation plus longtemps", estime Sophie Boissard, qui dirige un des principaux groupements d'Ehpad de France. Il faut "que nous puissions collectivement trouver des solutions qui permettent de respecter la sécurité de tous, tout en rétablissant un minimum de liens sociaux entre nos résidents et leurs proches".

Il pourrait s'agir de visites en plein air, hors les murs, pourquoi pas en présence de volontaires qui seraient testés. Nous devons y réfléchir maison par maison.

Sophie Boissard

dans "Le Figaro"

Sophie Boissard, dont le groupe est le plus important en Europe dans le domaine des maisons de retraite, juge que les mesures d'interdiction de visites mises en place début mars pour protéger les pensionnaires des Ehpad "les éloignent de leur famille et accentuent l'inquiétude".

D'autres acteurs du secteur ont exprimé une position similaire ces derniers jours. Romain Gizolme, directeur de l'Association des directeurs au service des personnes âgées, réclamait sur franceinfo des "aménagements", craignant que la solitude pèse "sur le bien-être et sur la santé psychique" des pensionnaires. "Il faut pouvoir envisager que les résidents puissent sortir dans le jardin", plaidait par ailleurs Pascal Champvert, le président de cette même association.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.