Tests PCR : des méthodes contestées

Les files d’attente pour le dépistage du coronavirus s’allongent. Pour lutter contre cette attente, certains médecins proposent des alternatives. A l’image du test groupé, déjà pratiqué dans d’autres pays. 

Les laboratoires sont surchargés et les files d’attente n’en finissent plus. En conséquence, les délais pour les résultats s’allongent. "10 jours et je n’ai toujours pas les résultats", s’inquiète cette riveraine. Des réponses trop tardives pour certains biologistes, qui préconisent de ne pas réaliser les tests effectués il y a plus de 4 jours. "Au-delà de 4 jours, réaliser ces tests ne servent à rien. Un patient prélevé il y a une semaine, même s’il avait été positif, il a eu le temps de contaminer d’autres personnes", explique le docteur Jean-Claude Azoulay

Une méthode utilisée aux Etats-Unis, en Allemagne et en Israël

Afin de réduire les délais, une autre stratégie vise à regrouper les tests. Pour 10 personnes, leurs tests seraient mélangés et testés ensemble. Si le résultat est négatif, aucune des personnes ne serait porteuse du virus. Dans le cas inverse, il faudrait analyser individuellement chaque personne pour trouver le malade. Une méthode qui ne fait pas l’unanimité. Yves Buisson, membre de l’académie des médecins, explique : "Cette méthode, nous l’avons déconseillée, s’il n’y a échantillon faiblement positif dans le mélange, il risque de ne pas être détecté". Une méthode contestée pourtant pratiquée aux Etats-Unis, en Allemagne et en Israël. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un homme effectue un test PCR devant un laboratoire à Paris, le 29 août 2020.
Un homme effectue un test PCR devant un laboratoire à Paris, le 29 août 2020. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)