"Nous souhaitons rouvrir avant l'Ascension", déclare le directeur général de l'Alliance du Commerce

Le 12 mai "au plus tard", insiste Yohann Petiot car le mois de mai est un mois important pour le commerce et qu'il sera déjà tronqué.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Yohann Petiot, directeur général de l'Alliance du commerce, invité de franceinfo ce vendredi 6 mars 2020. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Emmanuel Macron compte préciser son calendrier de déconfinement vendredi 30 avril en accordant une interview à la presse quotidienne régionale. Les commerces connaîtront donc leurs conditions de réouverture. "C'est surtout une date dont nous avons besoin et nous espérons que cette date soit avant le week-end de l'Ascension", déclare Yohann Petiot, le directeur général de l'Alliance du Commerce, jeudi sur franceinfo.

>> Suivez notre direct sur l'épidémie de Covid-19.

Malgré des échanges fréquents avec le ministère de l'Économie et des Finances, les commerçants n'ont eu aucune information concernant cette date. "Nous attendons une date, au-delà même des conditions de réouverture, nous avons compris qu'elles seraient quasiment identiques à celles du mois de décembre avec une jauge de 1 personne pour 10. C'est surtout une date dont nous avons besoin et nous espérons que cette date soit avant le week-end de l'Ascension parce que le mois de mai est un mois d'activité importante et que nous ne pouvons pas le rater à nouveau, donc le 12 mai au plus tard."

Yohann Petiot, qui est également délégué général de l'Union du grand commerce de centre-ville, a aussi demandé à ce qu'il n'y ait pas de "discrimination" entre les "acteurs" : "les centres commerciaux sont fermés depuis le 31 janvier, donc cette fermeture ne peut plus durer. On souhaite aussi une ouverture nationale pour tous car pour des réseaux n'ouvrir qu'une partie du magasin suscite une désorganisation importante, vous ne pouvez pas retenir une partie de leur stock".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.