Déconfinement : la réouverture des terrasses au 19 mai "ne permettra pas une reprise du travail à 100%", regrettent les restaurateurs

La réouverture des restaurants en plusieurs étapes, avec le maintien d'un couvre-feu dans un premier temps, "pose un problème au niveau de la rentabilité" et plonge ces commerçants dans l'incertitude.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La terrasse d'un restaurant fermé à Paris, le 15 mars 2021. (BERTRAND GUAY / AFP)

Dans un entretien à plusieurs quotidiens régionaux, Emmanuel Macron dévoile un calendrier en quatre étapes pour la réouverture des lieux culturels et des commerces notamment, annonçant la réouverture des terrasses à partir du 19 mai.

>> Déconfinement : couvre-feu, télétravail, réouvertures, pass sanitaire… Ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron à la presse régionale

Pourtant, cette mesure plonge certains restaurateurs dans l'incertitude. "Il y a beaucoup de brouillard sur ces étapes", regrette sur franceinfo Romain Vidal, secrétaire général du Groupement national des indépendants de l’hôtellerie et de la restauration de Paris Île-de-France, et directeur de la brasserie Le Sully, dans le 4e arrondissement de Paris. Selon lui, "certaines régions ne sont pas sûres de rouvrir dès le 19 mai", précisant : "On pourrait comprendre si on nous disait que certains lieux ne peuvent pas rouvrir à l'intérieur, mais pas à l'extérieur". Si cette date du 19 mai offre un peu de visibilité, "ça ne veut pas dire pour autant qu'on pourra sauver nos entreprises", souligne-t-il.

"Les terrasses ne représentent même pas un restaurant sur deux et la mise en place de jauge ne permettra pas une reprise du travail à 100%."

Romain Vidal, secrétaire général du GNI de Paris Île-de-France

à franceinfo

Autre attente pour le secrétaire général du Groupement national des indépendants de l’hôtellerie et de la restauration, celle du protocole sanitaire qu'il faudra mettre en place pour rouvrir les restaurants. "Je pense qu'il a fait ses preuves l'années dernière", estime Romain Vidal, qui attend également de connaître les modalités de l'accompagnement financier.

Une rentabilité en berne

La réouverture des restaurants en plusieurs étapes, avec le maintien d'un couvre-feu dans un premier temps, "pose un problème au niveau de la rentabilité", estime de son côté Xavier Denamur, restaurateur à Paris, exploitant de cinq établissements dans le Marais. "S'il pleut et s'il fait moche, le problème des terrasses éphémères, dans les villes où il y en a, c'est qu'on perd de l'argent", estime le restaurateur. "Ce qui est clair, c'est que le 9 juin, on a une date certaine, avec l'ouverture à l'intérieur et à l'extérieur. Et ça, ça permet d'ouvrir de manière plus sereine", estime-t-il.

"Ce qu'on voulait, ce sont des dates, ce qu'on veut, c'est commencer à respirer, commencer à rouvrir, faire venir nos fournisseurs, nos prestataires, nos salariés."

Xavier Denamur, restaurateur à Paris

à franceinfo

Xavier Denamur espère que le gouvernement maintiendra les aides "complètement jusque fin mai, et peut-être à moitié pour le mois de juin, voire juillet, si on a toujours des protocoles sanitaires."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Déconfinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.