"C'est un peu jouer à la police" : en Belgique, les commerçants contraints de noter les coordonnées de leurs clients pour aider au traçage des malades du Covid-19

La première ministre belge a annoncé une série de mesures sanitaires, ce jeudi, dont le port du masque obligatoire dans certaines rues et l'obligation pour les patrons de bars et restaurants de recueillir les coordonnées de leur clientèle.

Article rédigé par
Angélique Bouin - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un restaurant d'Anvers (Belgique), le 8 juin 2020. (DIRK WAEM / BELGA)

Tout comme la France, la Belgique prend au sérieux le risque d'une reprise de l'épidémie de coronavirus. Depuis samedi 25 juillet, les mesures sanitaires sont renforcées : le port du masque est obligatoire désormais dans tous les lieux publics à forte concentration comme les marchés, certaines rues commerçantes piétonnes ou très fréquentées. Il faut aussi être masqué pour circuler dans les bars et les restaurants du plat pays qui sont désormais tenus de relever les coordonnées de chaque client pour favoriser le traçage. 

"Une atteinte à la vie privée des gens"

"C'est évident que l'annonce d'un durcissement des règles est un coup dur à notre moral, mais nous préférons prendre des mesures aujourd'hui plutôt que d'avoir des regrets demain.", a déclaré Sophie Wilmès, la première ministre belge, lors d'une conférence de presse. Pour Eddy et Bob, attablés devant une bière dans leur bistrot de quartier à Bruxelles, les mesures annoncées par la cheffe du gouvernement ont fait l'effet d'une douche froide."La seule chose que je pense, c'est qu'on porte atteinte à la vie privée des gens, de plus en plus. On est déjà tracés par les téléphones. On n'a pas besoin de donner ses coordonnées.", lâche Eddy. "Ça devient du n'importe quoi. On peut boire un verre mais si je veux aller aux toilettes, je dois mettre un masque, ça devient de trop.", peste Bob.

On se balade avec plus de masques que d'argent dans les poches.

Bob, habitant de Bruxelles

à franceinfo

Raphaël, patron d'un bar voisin, s'interroge. Il n'a reçu aucune consigne écrite de la part des autorités. "Moi, je n'ai pas le temps de noter tous les numéros des clients. Et puis, c'est un peu jouer à la police, estime le commerçant. Donc je pense que je vais installer une liste à l'entrée où les gens peuvent noter leur numéro de téléphone quand ils viennent à l'intérieur. Mais après, il faut voir si les gens vont le faire." D'autres restaurateurs prévoient de relever le téléphone de leurs clients lors de la commande. 

Bénédicte, croisée dans la rue, masque sur le visage, salue, elle, ces nouvelles mesures. "On a tout intérêt à ce que ça parte le plus vite possible donc je trouve que ça va dans le bon sens". En Belgique, les contrevenants à la loi risquent 250 euros d'amende. 

Mesures sanitaires renforcées en Belgique : écoutez le reportage d'Angélique Bouin à Bruxelles - 0
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.