Déconfinement : "On va être assez stricts et pédago pour que tout le monde prenne l'habitude de mettre un masque", annonce Mulhouse Alsace Agglomération

Denis Rambaud, vice-président délégué aux transports de Mulhouse Alsace Agglomération, attend près de 15 000 voyageurs le 11 mai dans l'agglomération mulhousienne, au lieu de 110 000 habituellement.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Denis Rambaud, le 5 mai 2010. (JEAN FRANCOIS FREY / MAXPPP)

"On va être assez stricts et pédago pour que tout le monde prenne l'habitude de mettre un masque", annonce dimanche 10 mai sur franceinfo Denis Rambaud, vice-président délégué aux transports de Mulhouse Alsace Agglomération (M2A) à la veille du déconfinement, alors que le Haut-Rhin est toujours en rouge sur la carte de l'épidémie de coronavirus Covid-19.

>> Suivez les dernières informations sur le coronavirus dans notre direct

Le vice-président de M2A promet que de nombreux agents et élus seront sur place ce lundi 11 mai "sur les zones où il y aura beaucoup de monde pour faire remarquer aux passagers qui ne seront pas munis d'un masque que ce n'est pas bien. Quand je monte dans un bus ou un tram, je mets un masque". "Il faudra que les voyageurs viennent avec leur masque", insiste Denis Rambaud sur le caractère obligatoire de la mesure.

On a reçu un stock de masques en provenance du ministère des Transports, ce qui nous permettra pour la semaine à venir d'en distribuer un pour chaque personne qui n'en aurait pas. Histoire d'inciter les gens à en mettre.

Denis Rambaud

à franceinfo

D'autres mesures vont être mise en place pour faciliter le retour aux transports des usagers. "Des agents vont ouvrir les portes aux arrêts de bus pour que personne ne puisse appuyer sur le bouton d'ouverture, on a condamné un siège sur deux, et il y aura des marquages au sol", détaille l'élu. Quant aux amendes pour absence de port de masque, le vice-président de l'agglomération mulhousienne délégué aux transports rappelle qu'elles pourront être de 135 euros. "Reste à savoir si, au bout d'une semaine, le comportement des usagers sera citoyen, ou s'il faudra obliger les gens, de manière plus coercitive."

On se donne toute la semaine pour passer, voire matraquer notre message de prévention à propos du masque. 

Denis Rambaud

à franceinfo

Cette sensibilisation peut-elle s'avérer efficace auprès des voyageurs ? "Vous savez, la différence avec d'autres régions, c'est que l'on a été un des foyers du Covid-19", répond Denis Rambaud. "Les gens sont très angoissés. Il y a eu 600 morts dans notre département. La citoyenneté fait partie de notre culture locale. Et puis, on a tous eu des voisins ou des proches qu'on a dû accompagner dans des moments difficiles. Beaucoup d'entre nous ont été malades. Le Covid-19, on sait ce que c'est."

"L'avantage d'être en zone rouge, c'est qu'il ne devrait pas y avoir beaucoup de monde dans les transports ce lundi", explique Denis Rambaud, qui attend près de 15 000 voyageurs le 11 mai dans l'agglomération mulhousienne, au lieu de 110 000 habituellement. "On était à 30% de l'offre classique au niveau des bus. Lundi, on passe à 80%. Il y aura de la place pour que chacun puisse bénéficier de la distanciation sociale."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.