Cet article date de plus d'un an.

Déconfinement : Anne Hidalgo veut des masques obligatoires dans les parcs de la capitale et espère la réouverture des terrasses parisiennes "début juin"

La maire de Paris a exposé ses pistes, mercredi, au micro de BFMTV et RMC.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un homme devant des cafés fermés dans le 18e arrondissement de la capitale, le 23 mars 2020. (MAXPPP)

Au troisième jour de déconfinement en France, Anne Hidalgo, la maire de Paris, a détaillé ses pistes pour la capitale, mercredi 13 mai. L'élue socialiste a répété, au micro de RMC et BFMTV, son souhait de rouvrir les parcs et jardins de la capitale, insistant sur le fait qu'elle souhaitait y rendre obligatoire le port du masque. Mais une éventuelle réouverture des espaces verts parisiens a déjà été fermement écartée par le ministre de la Santé Olivier Véran.

>> Déconfinement : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Mais pour Anne Hidalgo, la réouverture des parcs et jardins de Paris est une nécessité. "Paris est une ville très, très dense. (...) Si vous n'ouvrez pas les parcs et jardins à la promenade, pas pour y faire des pique-niques (...), pour y faire du sport, pour marcher, juste se détendre et respirer, si on ne le fait pas, les Parisiens, les personnes sont renvoyées à des trottoirs (...) et il nous faut vraiment gagner de l'espace", a-t-elle fait valoir.

Des terrasses rouvertes en juin ?

Anne Hidalgo espère également une réouverture des terrasses parisiennes dans les prochaines semaines. "Début juin, si le conseil scientifique est d'accord et si le gouvernement est d'accord, les terrasses rouvriront", a-t-elle déclaré. Et elle a répété qu'elle souhaitait permettre aux cafetiers d'agrandir les terrasses en mettant a disposition gratuitement des places de stationnement.

La maire de Paris est aussi revenue sur les mesures prises dans les écoles de la capitale. Elle a proposé, pour les parents qui le souhaitent, que leurs enfants soient testés. "L'ARS a été d'accord pour un protocole sur lequel on a discuté. A Paris, on a mis en place un dispositif appelé Covisan avec des équipes qui vont pour dépister et enrayer des 'clusters' qui peuvent apparaître", a-t-elle précisé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.