Déconfinement : Anne Hidalgo annonce "50 kilomètres de voies" supplémentaires réservées aux vélos à Paris

Dans une interview au "Parisien", mardi, la maire présente de nouvelles mesures pour limiter la voiture dans les rues de la capitale.

Un cycliste dans les rues de Paris, le 26 avril 2020.
Un cycliste dans les rues de Paris, le 26 avril 2020. (ANTOINE WDOWCZYNSKI / HANS LUCAS)

Doublement du nombre de places dans les parkings-relais pour les voitures, 50 kilomètres de voies réservées aux vélos supplémentaires... Dans un entretien accordé au Parisien, mardi 5 mai, Anne Hidalgo présente de nouvelles mesures pour limiter la voiture à Paris, avant le déconfinement du 11 mai.

>> Levée du confinement, évolution de la circulation du virus... Suivez les dernières informations en direct

La mairie de Paris va "doubler le nombre de places dans les parkings-relais et dans les parcs de stationnement aux portes de Paris", avec "2 000 places réparties dans 30 parcs" qui "seront gratuites pour les titulaires du pass Navigo".

Des nouvelles rues piétonnisées

Pour les pistes cyclables, outre la rue de Rivoli, annoncée la semaine dernière, "l'avenue du Général-Leclerc, le boulevard Saint-Michel, le tunnel de l'Etoile et la porte Maillot... Au total, 50 km de voies, d'habitude réservées aux voitures, seront consacrées aux vélos", détaille encore l'édile.

Dans une ville particulièrement dense, où l'espace public rend difficile parfois le respect de la distanciation physique, la maire de Paris annonce qu'"une trentaine de nouvelles rues seront aussi piétonnisées, notamment autour des écoles, pour permettre d'éviter les regroupements".

Interrogée sur la pérennisation de certaines mesures prises en urgence, qui font écho au programme présenté par la maire sortante lors de la campagne des municipales, Anne Hidalgo répond que "certains" projets le seront "peut-être". Mais "ce sera aux Parisiens de dire lesquels. Je sais que la majorité d'entre eux n'a pas envie d'un retour des voitures et de la pollution. Si certains aménagements s'avèrent pertinents, il n'y a pas de raison qu'on les retire ensuite", suggère l'élue.

Enfin, la maire de Paris souhaite que "les parcs et jardins [actuellement fermés], ainsi que les bois, puissent être des lieux de promenade et de respiration". "J'ai fait une proposition pour qu'ils rouvrent, avec un système de comptage", ajoute-t-elle, précisant qu'"il n'est pas question de permettre les pique-niques ou la pratique sportive collective". "Et, dans un premier temps, les aires de jeux resteraient fermées."