Cyclisme : un Tour des Flandres maintenu mais à huis-clos

La course cycliste belge réunit habituellement près d'un million de spectateurs.

Article rédigé par
Fanny Lechevestrier - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le départ du 104e Tour des Flandres, le 18 octobre 2020 à Anvers. (LUC CLAESSEN / GETTY IMAGES)

Contrairement à Paris-Roubaix, annulé alors qu'il devait se tenir les 24 et 25 octobre, à quelques kilomètres de là, en Belgique, le Tour des Flandres est maintenu dimanche 18 octobre. Il se tient cependant dans des conditions inédites en raison de l'épidémie de Covid-19, à huis clos pour une course d'un jour qui réunit habituellement près d'un million de spectateurs.

Le chant des oiseaux a remplacé les sonos

Drôles d’impressions aux Vieux-Quaremont, la côte pavée où bat désormais le cœur du Tour des Flandres. Les champs, d’habitude loués si chers, s’étendent à perte de vue sans camping-car à l’horizon. Le chant des oiseaux et des vieux coqs a remplacé la sono qui résonne d’habitude tout le week-end. Aucun chapiteau blanc, aucun fût de bière non plus. Seules les bannières publicitaires rappellent que se tient aujourd’hui la plus grande fête populaire flamande. Quelques cyclistes amateurs comme Morgan et Corentin sont venus défier les pavés malgré tout, avant les pros. "Le cœur y est et tant qu'il y a la passion, les cyclistes, la course sera belle et on pourra toujours vibrer en la regardant", disent-ils, "En plus on a du beau temps alors qu'on est octobre. Comme quoi il ne pleut pas tous les jours en Belgique !"

Quand ils passent au sommet, les deux frères sont applaudis par trois habitantes de Quaremont. Coupe de Champagne à la main, Tienaecke et ses amies tenaient à tout prix à installer une petite table au bout de leur jardin, pour "faire comme si". "Bien sûr c'est un peu triste", reconnaît la Flammande, "Il n'y a pas de touristes, pas de spectateurs aujourd'hui. Mais c'est pour notre santé, il ne faut pas qu'on soit tous serrés. Alors regardons la course à la télé et restons à la maison."

Le huis-clos, condition sine qua non pour maintenir la course

Rester à la maison. La consigne a été martelée toute la semaine via des messages publiés sur les réseaux sociaux par les coureurs flamands eux-mêmes. Pour éviter tout public, les organisateurs ont même supprimé de leur site Internet le tracé de la course et les passages horaires prévus. Le départ ne sera pas non plus donné comme d’habitude sur la Grand-Place d’Anvers.

C’est à ce prix que le monument que même la Seconde guerre mondiale n’a pas annulé, peut se tenir. C'est ce explique Tomas Van der Spiegel, le patron de Flanders Classics : "C'est très important que la course ait lieu car le cyclisme est un véritable secteur économique. C'est un sport qui fonctionne très bien à la télé même sans supporters, contrairement au foot. Il faut montrer aujourd'hui qu'en 2021, si c'est nécessaire on pourra organiser la course de la même façon." Et l’organisateur prévient : un regroupement de plus de quatre personnes le long du parcours et les amendes tomberont.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.