Covid-19 : quels sont les pays d'Europe où le variant identifié au Royaume-Uni circule ?

Depuis son apparition en Angleterre, ce variant, particulièrement contagieux selon des chercheurs, a été détecté dans une grande partie du continent. Inquiète, l'Organisation mondiale de la santé a appelé l'Europe à prendre davantage de mesures.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 7 min.
Une rue de Londres (Royaume-Uni), ville où circule un nouveau variant du coronavirus, le 30 décembre 2020. (WIKTOR SZYMANOWICZ / NURPHOTO / AFP)

La liste ne cesse de s'allonger. En Europe, une vingtaine de pays ont recensé des cas du variant du Sars-Cov-2 détecté en Angleterre. L'essentiel des contaminations concerne des personnes ayant des liens avec le Royaume-Uni, mais pas seulement.

Plus contagieux, le B.1.1.7 ou VUI-202012/01 (pour Variant Under Investigation n°1 du mois de décembre 2020) "pourrait être 50% à 74% plus transmissible" que les formes du virus jusqu'ici en circulation, selon Nick Davies, biologiste à la London School of Hygiene and Tropical Medicine et coauteur d'une étude sur le sujet. Alors que les autorités anglaises ont communiqué sur sa présence à partir de mi-décembre, le variant a été détecté pour la première fois dès le mois de septembre au Royaume-Uni. Inquiète, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé, jeudi 7 janvier, l'Europe à prendre davantage de mesures.

>> Suivez l'actualité autour de la pandémie de Covid-19 dans notre direct 

En France, après Marseille et Bagneux, c'est dans la région de Cholet (Maine-et-Loire) que plusieurs cas du variant ont été repérés, a annoncé lundi l'Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire. Ces contaminations ont eu lieu après la visite pour les fêtes d'une famille résidant en Angleterre. Des analyses complémentaires ont été envoyées au centre national de référence, dont les résultats confirment, "pour trois membres de la famille, la présence du nouveau variant anglais", selon l'ARS.

"A ma connaissance, il y a une quarantaine de cas détectés du 'variant anglais', et je crois, trois cas du 'variant sud-africain', donc c'est très, très peu", a déclaré mardi sur France Inter Alain Fischer, immunologiste et président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale contre le Covid-19.

Cependant, à Bagneux (Hauts-de-Seine), un cas en particulier interroge. Contrairement aux autres, la personne positive au variant n'a pas de lien avéré avec le Royaume-Uni.

Le variant présent courant décembre en Espagne, dès novembre en Allemagne

En Espagne, le virus était sans doute présent avant même que le Royaume-Uni ne sonne l'alerte, le 20 décembre, selon les explications de Fernando González Candelas, docteur en génétique à l'université de Valence et chercheur à la fondation Fisabio, cité par plusieurs médias espagnols, dont El Independiente (article en espagnol). Le variant a été détecté chez deux personnes n'ayant aucun lien avec le Royaume-Uni. "Les échantillons datent d'avant le 20 décembre", a indiqué le spécialiste.

Toujours dans la péninsule ibérique, le Portugal a également identifié plusieurs cas du variant B1.1.7 en décembre. "Nous ne savons pas depuis combien de temps" le variant est présent dans le pays, a précisé le 4 janvier João Paulo Gomes, chercheur à l'institut Ricardo Jorge et coordinateur d'une étude sur la diversité génétique du variant du Sars-Cov-2 au Portugal, cité par The Portugal News*.

En Allemagne, fin décembre, le ministère fédéral de la Santé de Basse-Saxe déclarait que le variant avait été détecté en Allemagne, rétrospectivement, dès le mois de novembre. Il était présent chez un patient âgé, décédé depuis, dont la fille revenait d'un voyage au Royaume-Uni mi-novembre, rapportent les autorités sanitaires dans un communiqué cité par le site The Local*.

L'Autriche, l'Italie et la Grèce également touchées

Plusieurs cas ont également été détectés en Autriche, ont rapporté les autorités. Le journal autrichien Kurier (article en allemand) a indiqué le 4 janvier que l'un d'eux concernait un patient revenu avec l'un des derniers vols autorisés depuis le Royaume-Uni avant Noël. Trois autres sont des enfants de moins de 12 ans, dont deux revenant de Slovaquie.

Dans ce pays, en effet, des cas ont également été recensés. Le ministre de la Santé slovaque a annoncé sur sa page Facebook le 4 janvier que le B.1.1.7 a été identifié dans le district de Michalovce. Il a également émis l'hypothèse de la présence du variant en Slovaquie avant les vacances de Noël, compte tenu du nombre important de personnes voyageant entre le pays et le Royaume-Uni, a indiqué The Slovak Spectator*. A noter que depuis le 21 décembre, une période de mise en quarantaine a été instaurée pour toute personne arrivant du Royaume-Uni sur le sol slovaque.

En Italie, les autorités sanitaires ont relevé des cas dès le 21 décembre, suspendant dans la foulée les vols en provenance du Royaume-Uni, après qu'un couple en provenance du pays a été testé positif au variant. Pour faire face à la situation, le ministre de la Santé, Roberto Speranza, avait interdit l'accès au territoire italien à toute personne présente au Royaume-Uni les quinze jours précédents, selon l'agence de presse Ansa*.

En Grèce, les quatre personnes testées positives au variant avaient récemment voyagé au Royaume-Uni, ont indiqué les autorités le 4 janvier, d'après Reuters*. Toujours selon l'agence de presse*, le 3 janvier, Chypre a recensé 12 cas, là encore des voyageurs revenus du Royaume-Uni. A Malte, trois cas du B.1.1.7 avaient été enregistrés vendredi, a indiqué* le Times of Malta.

Par ailleurs, la Roumanie a rapporté une première positive au variant, vendredi. Il s'agit d'une femme de 27 ans qui n'aurait pas voyagé à l'étranger récemment, explique Reuters*. 

"Au moins 50 cas" aux Pays-Bas

Pour leur part, les autorités sanitaires du Luxembourg ont identifié un cas "lors du séquençage des échantillons couvrant la période du 19 au 29 décembre", a déclaré le ministère de la Santé du duché le 2 janvier. "Une enquête sur l'origine de ce cas par l'inspection sanitaire est en cours."

En Belgique, six cas ont été recensés, dont deux en Flandre samedi. "Ces deux cas supplémentaires sont des cas qui ont été dépistés juste avant Noël, expliquait Emmanuel André, microbiologiste de la Katholieke Universiteit Leuven, sur la RTBF. C’est donc un système qui a du retard.

En Suisse, selon différents médias dont la RTS, des traces du variant ont été trouvées dans les eaux usées de Lausanne et d'une station de sports d'hiver, deux semaines avant les premières découvertes cliniques, soit début décembre. Ce sont les chercheurs de l’EPFL à Lausanne, de l’Institut de recherche sur l’eau Eawag et de l’ETH Zurich qui en ont fait état. Toutefois, l'étude n'a pas encore été validée par des pairs, précise Le Temps.

Du côté des Pays-Bas, au 6 janvier, les autorités néerlandaises annonçaient "qu'environ 50 cas" du variant avaient été identifiés, peut-on lire sur le site NLTimes*.

Au 5 janvier, le Danemark comptait au moins 86 cas liés au variant identifié au Royaume-Uni. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles le gouvernement danois a décidé d'imposer de nouvelles restrictions dans le pays, rapporte le média The Local*.

En Islande, avant Noël, 11 personnes ont été testées positives au variant, ont annoncé le 29 décembre les autorités. "Dix d'entre elles revenaient du Royaume-Uni, et une du Danemark", selon le site Iceland Monitor*. Deux autres cas avaient déjà été détectés auparavant.

Deux variants repérés en Norvège, en Finlande et en Suède

Les autorités sanitaires de la Norvège ont alerté sur la présence de deux variants sur leur territoire, a rapporté le 5 janvier The Local*. Une personne a contracté le variant identifié en Afrique du Sud, et 23 autres (dont les premières, fin décembre) ont été testées positives au variant qui a émergé en Angleterre.

En Finlandeselon le site Foreigner*, les cas recensés liés aux deux variants avaient tous un lien avec des voyages à l'étranger.

En Suède, au 7 janvier, 17 cas liés au variant apparu en Angleterre ont été identifiés, rapporte The Local*. Selon l'agence sanitaire nationale, 12 ont des liens avec des voyages vers le Royaume-Uni. En revanche, pour cinq cas, aucun lien avec de tels voyages n'a pu être établi. Par ailleurs, une personne a été testée positive au variant qui a émergé en Afrique du Sud.

Enfin, le variant apparu en Angleterre a été découvert en Russie chez un voyageur de retour du Royaume-Uni, a déclaré dimanche la cheffe de l'agence sanitaire russe Rospotrebnadzor, Anna Popova, selon l'Agence France-Presse. Il a été mis au jour dans le cadre d'une enquête menée auprès de Russes rentrés du Royaume-Uni. Pourtant, la Russie avait suspendu ses liaisons aériennes avec le pays le 21 décembre.

* Les liens avec un astérisque renvoient vers des contenus en anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.