Covid-19 : plusieurs lycées bloqués mardi matin en France pour dénoncer les mesures sanitaires

Les élèves dénoncent des mesures sanitaires insuffisantes et l'impossibilité de maintenir la distanciation sociale dans les établissements.

Article rédigé par
Avec France Bleu Loire Océan, France Bleu Besançon, France Bleu RCFM - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le lycée Sophie Germain, 4ème arrondissement de Paris, bloqué par des élèves contre le nouveau protocole sanitaire, jugé trop léger, mardi 3 novembre 2020; (ALEXIS MOREL / FRANCE-INFO)

À Paris, Nantes, Besançon, Saint-Nazaire ou encore Bastia, des lycéens ont bloqué mardi 3 novembre leurs établissements pour dénoncer les conditions sanitaires face à l'épidémie de Covid-19. Plusieurs syndicats lycéens avaient lancé un appel national pour dénoncer des mesures insuffisantes, les élèves sont parfois 35 par classe et la distanciation est impossible.

>> Suivez notre direct sur l'évolution des mesures santaires en fonction de l'épidémie de Covid-19

Paris

À Paris, une dizaine de lycées ont été bloqués, mais tous ont été débloqués à 9h30. "Il y a eu une très grande réactivité des chefs d'établissements et des forces de l'ordre", indique le rectorat à franceinfo.

Dans le 20e arrondissement, des blocages ont eu lieu à la cité scolaire Maurice Ravel et au lycée Hélène-Boucher. Dans le 4e, le lycée Sophie Germain a été bloqué par des lycéens de l'établissement et par d'autres élèves. Au lycée Colbert, dans le 10e, la tension est montée entre les lycéens rassemblés et les forces de l'ordre, des gaz lacrymogènes ont été tirés.

On est toujours à 36 dans les classes avec les fenêtres fermées.

Un lycéen parisien

à franceinfo

"On est toujours autant entassés dans les couloirs, dans les escaliers, à 8 heures. C'est pareil", raconte un lycéen parisien. Une camarade ajoute : "On continue à faire sport sans les masques, alors que tous nos prof de sport ont une corona. Les cantines ne sont pas fermées. On est au moins à 500 dans la cantine et on mange en étant tous collés." 

Nantes

À Nantes, des lycéens ont manifesté mardi matin devant le lycée Guist'hau, rue Marie Anne du Boccage, dans le centre-ville, rapporte France Bleu Loire Océan. Les accès à l'établissement ont été bloqués. La police est intervenue pour mettre fin au mouvement. Des appels avaient été lancés sur les réseaux sociaux pour manifester contre les mesures liées à l'épidémie de Covid-19 avec un appel à blocage devant les lycées de l'académie, indique la préfecture de Loire-Atlantique.

Saint-Nazaire

À Saint-Nazaire, environ 300 lycéens se sont également réunis ce mardi matin devant la cité scolaire Aristide-Briand. Des feux de palettes ont été allumés devant l'entrée, rapporte France Bleu Loire Océan. Les élèves qui le souhaitaient ont pu rentrer et il n'y a pas eu d'incident.

Besançon

À Besançon, une trentaine d'élèves du Lycée Pasteur à Besançon ont bloqué leur établissement mardi matin, selon France Bleu Besançon. Vers 8 heures du matin, ils se sont massés devant le portail principal du lycée Pasteur pour empêcher toute entrée dans l'établissement, avec des cadenas de vélo, dans le calme. La police est arrivée sur place vers 8h30. Une autre entrée a été ouverte par la police sous surveillance, les élèves souhaitant entrer en classe ont pu le faire.

Bastia

En Corse, à Bastia et en Balagne, des établissements d'enseignement secondaire ont été "bloqués" par des palettes de bois et des containers d'ordures, indique France Bleu RCFM. Les lycéens demandent la fermeture de leurs établissements respectifs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.