Covid-19 : le président du Conseil scientifique appelle les Français à rester "extrêmement prudents encore trois à six mois"

Dans un entretien au "Parisien", publié mercredi, Jean-François Delfraissy indique également qu'il n'écarte pas une éventuelle troisième vague. D'après lui, "l'arrivée des vaccins n'aura pas d'impact sur le premier trimestre 2021 et très peu sur le deuxième".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, au ministère de l'Intérieur, le 13 mars 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

"C'est le dernier effort !" Face à la pandémie de Covid-19, Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, appelle les Français à rester "extrêmement prudents encore trois à six mois", dans un entretien au Parisien, mardi 15 décembre. Il s'agit, selon lui, du temps que les connaissances scientifiques et les traitements progressent encore. "La science avance, dans le silence, mais elle avance", affirme-t-il.

Le président du Conseil scientifique indique également qu'il n'écarte pas une éventuelle troisième vague. "Ce rebond pourrait-il survenir à la mi-janvier ou plus tard ? La réponse est oui, le modèle n'a pas changé, le virus va continuer de circuler au fil de l'hiver", explique-t-il. D'après lui, "l'arrivée des vaccins n'aura pas d'impact sur le premier trimestre 2021 et très peu sur le deuxième".

"Ce début d'année ne sera pas différent de 2020."

Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique

au "Parisien"

Le vaccin "sera une solution pour sortir de cette pandémie à l'été ou à l'automne 2021". Le président du Conseil scientifique relève que tout n'est pas encore réglé et qu'"il reste des questions, la durée de la réponse immunitaire et les effets secondaires qu'il va falloir surveiller avec une très grande attention". Pour Jean-François Delfraissy, "il n'y a pas d'urgence à immuniser la France entière". "Prenons notre temps", insiste le scientifique de 72 ans, affirmant qu'il se fera vacciner "sans hésitation" lorsque son tour viendra.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.