Covid-19 : "Absolument aucun confinement prévu aujourd'hui, ni de près ni de loin", affirme Gabriel Attal

"Certains parlent de frémissement, mais on n'est pas dans un déferlement de vague à l'hôpital", a estimé Gabriel Attal sur France Inter.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, invité de France Inter lundi 21 septembre 2020. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"Il n'y a absolument aucun confinement qui est prévu aujourd'hui, ni de près ni de loin", a affirmé mardi 16 novembre sur France Inter Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, alors que le taux d'incidence augmente en France, au-dessus de 100 cas pour 100 000 habitants, et les hospitalisations pour Covid-19 sont en hausse d'un peu plus de 6%. "Par définition, on n'exclut rien par principe. Ce que je dis ensuite, c'est qu'aujourd'hui, il n'est pas prévu, ni de près ni de loin, de reconfiner", a-t-il expliqué. Mais pour cela, il faut que les Français continuent de se faire vacciner : "Il faut que l'immunité conférée par le vaccin se poursuive et donc que les Français éligibles fassent leur rappel de vaccination."

Une augmentation de cas "de 6 à 10%" en réanimation

Près de 7 000 patients sont hospitalisés pour le Covid-19 à l'hôpital, 1 200 sont en réanimation : "Il y a une augmentation de l'ordre de 6 à 10%", a-t-il précisé. "Certains parlent de frémissement, mais on n'est pas dans un déferlement de vague à l'hôpital, a estimé Gabriel Attal. Le juge de paix, c'est la situation à l'hôpital et donc il faut protéger l'hôpital." Il ne faut pas "attendre que cela explose pour s'inquiéter, il faut d'ores et déjà aujourd'hui faire très attention" et renforcer les gestes barrières, a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Alors que l'Autriche est passée du pass sanitaire au pass vaccinal (seule la vaccination permet aux Autrichiens d'aller au restaurant ou dans les salles de spectacle), la France pourrait-elle prendre le même chemin ? "Rien n'est exclu par principe, a répété Gabriel Attal. Maintenant, si votre question c'est : est-ce que c'est une piste sur laquelle on travaille, qui a été discutée en Conseil de défense ou dans les réunions, à ce stade ? Non."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.