Covid-19 : "Il faut être extrêmement agressif dans la réponse faite au variant brésilien et sud-africain", conseille Arnaud Fontanet

Publié
Durée de la vidéo : 21 min.
Covid-19 : "Il faut être extrêmement agressif dans la réponse faite au variant brésilien et sud-africain", conseille Arnaud Fontanet
franceinfo
Article rédigé par
P. Loison, L. Devillers, A. Etienne - franceinfo
France Télévisions

Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre de Conseil scientifique, était l'invité du 23h de franceinfo, jeudi 11 février.

Les présences du variant britannique, brésilien et sud-africain sur le sol français inquiètent de plus en plus. "Le variant britannique et sud-africain, au-delà d'être plus transmissibles, posent un problème qui est qu'ils échappent à la réponse immunitaire (...) Des gens infectés en 2020 pourraient être réinfectés plus facilement et ils pourraient aussi échapper à la réponse immunitaire conférée par les vaccins", détaille le professeur Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre de Conseil scientifique, dans le 23h de franceinfo, jeudi 11 février.

Un reconfinement local dans certaines régions ?

"Il faut être extrêmement agressif dans la réponse faite au variant brésilien et sud-africain, il faut vraiment les empêcher de se propager car ils représentent un risque supplémentaire", poursuit Arnaud Fontanet. Jeudi 11 février, des élus de Moselle ont demandé d'imposer un reconfinement local pour lutter contre les variants, qui se propagent à grande vitesse dans le département. "Ça fait partie des mesures qui pourraient être choisies. Il est très important de limiter la diffusion du variant au-delà de la zone où il circule déjà", ajoute l'épidémiologiste.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.