Covid-19 : 17% des adultes de plus de 20 ans dans l'Hexagone ont été infectés, selon une estimation de l'institut Pasteur

"Il faut bien faire attention à l'interprétation de ces estimations", prévient l'institut, car il est possible que l'immunité acquise après l'infection "s'estompe avec le temps".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un dépistage du Covid-19 à Dunkerque (Nord), le 23 février 2021. (DENIS CHARLET / AFP)

Ce n'est qu'une estimation, mais qui peut s'avérer très utile. Environ 17% de la population métropolitaine âgée de plus de 20 ans a été infectée par le Sars-CoV-2 entre le début de la pandémie et le 16 février, indique l'institut Pasteur mercredi 24 février. Cette étude permet "d'apprécier la proportion de la population qui pourrait avoir acquis une immunité (au moins partielle et de court terme) contre [le] Sars-CoV-2 suite à une infection naturelle", écrit la fondation sur son site internet.

Pour établir cette proportion, l'institut Pasteur s'est basé sur le nombre de personnes hospitalisées par région et par tranche d'âge, ainsi que sur une "estimation des probabilités d'être hospitalisé lorsqu'on est infecté".

L'immunité acquise après l'infection peut avoir été perdue

De grandes disparités existent ainsi entre les différentes classes d'âge et régions de France métropolitaine étudiées. Un peu plus de 10% des personnes âgées de plus de 70 ans ont été contaminées par le coronavirus, contre près d'un quart des 20-29 ans. L'Ile-de-France apparaît comme la région la plus touchée, avec près de 30% de sa population infectée depuis le début de l'épidémie, quand la côte ouest semble avoir été la zone la plus épargnée.

"Il faut bien faire attention à l'interprétation de ces estimations", prévient toutefois l'institut, qui rappelle que "si l'infection confère sans doute une immunité sur le court terme, il est possible que cette dernière s'estompe avec le temps". La fondation rappelle également que sa méthodologie repose "sur des hypothèses assez fortes". L'institut Pasteur fait ainsi "l'hypothèse que la probabilité d'être hospitalisé lorsqu'on est infecté est restée constante dans chaque groupe d'âge", or il est possible "que ces probabilités aient varié au cours de la pandémie ou d'une région à l'autre".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.