Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : "Une cinquantaine de personnels mobilisés" pour accueillir des Français rapatriés à Carry-le-Rouet, selon le préfet de la région PACA

Les 200 Français rapatriés seront testés pour le coronavirus 2019-nCoV à leur arrivée sur le territoire.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le centre de vacances de Carry-le-Rouet, près de Marseille. (LAURENT GROLÉE / FRANCE-BLEU PROVENCE)

"Une cinquantaine de personnels vont être mobilisés" dans le centre de vacances de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) pour accueillir les "200 Français" qui seront rapatriés de Chine vendredi 31 janvier à cause de l'épidémie de coronavirus 2019-nCoV, a indiqué jeudi soir à franceinfo le préfet de la région PACA, Pierre Dartout. Parmi ces personnels, "des équipes médicales, environ 10 personnes, des équipes de la Croix Rouge et des équipes des unités de sécurité civile de Brignoles", a précisé le préfet.

Pierre Dartout a assuré que "toutes les précautions sont prises" pour accueillir ces Français dans ce centre de vacances de Carry-le-Rouet. Il a expliqué le choix de ce site : "Nous avons un site isolé, à proximité de l'aéroport de Marignane et la base aérienne d'Istres et à proximité du centre hospitalier de La Timone à Marseille et de son IHU [Institut hospitalo-universitaire] parmi les instituts les plus spécialisés en France dans l'infectiologie".

Le préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur a indiqué comment se déroulera la journée de vendredi, une fois les Français rapatriés arrivés sur le sol français : "Après qu'ils ont été repérés, comptés et bien identifiés, ils vont être acheminés par des autobus jusque dans ce centre de vacances". Pierre Dartout a précisé que tous recevront ensuite un test pour vérifier "leur situation au regard de ce virus". "Ceux dont le test n'aura pas révélé de présence de virus seront mis sous quarantaine pendant 14 jours ; ceux pour lesquels le test aura révélé quelque chose seront conduits immédiatement à l'hôpital de La Timone", a-t-il ajouté. Pierre Dartout s'est voulu par ailleurs rassurant : "Ceux qui vont arriver sont des personnes qui au départ de Chine ne manifestaient aucun symptôme de cette pathologie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.