Covid-19 : près de 40% d'infirmiers ont envie de changer de métier, selon un sondage

C'est le résultat d'une consultation réalisée par l'Ordre des infirmiers, du 2 au 7 octobre, auprès de ses adhérents et relayée par "Le Parisien".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une infirmière s'occupe d'un patient Covid-19 à l'hôpital Bichat, à Paris, le 13 mars 2020.  (ANNE CHAON / AFP)

Ils veulent raccrocher leur blouse blanche. Alors que la France est confrontée à une deuxième vague d'épidémie de Covid-19près de 40% d'infirmiers ont envie de changer de métier, selon une consultation réalisée auprès de 60 000 soignants par l'Ordre des infirmiers et relayée par Le Parisien dimanche 11 octobre. 

Cette enquête, que franceinfo a pu consulter, a été réalisée du 2 au 7 octobre. "Ce chiffre est important, voilà pourquoi on lance l'alerte", souligne le président de l'Ordre, Patrick Chamboredon, dans le quotidien. "On observe un mal-être croissant en à peine six mois."

"Quand est-ce que ça va s'arrêter ?"

Si 33% des infirmiers interrogés estiment qu'ils étaient en épuisement professionnel avant la crise du coronavirus, ils sont aujourd'hui 57% à se considérer en burn-out, précise le journal. "Ne pas voir le bout du tunnel, lorsqu'on est en première ligne, c'est très compliqué, reprend Patrick Chamboredon. Tout le monde se pose la même question : quand est-ce que ça va s'arrêter ?"

Plus d'un tiers des infirmiers salariés indiquent être en effectifs réduits par rapport à la normale et plus de la moitié (57%) estiment ne pas disposer du temps nécessaire pour prendre en charge les patients. Deux tiers déclarent par ailleurs que leurs conditions de travail se sont détériorées depuis le début de la crise, malgré les augmentations de salaire négociées lors du Ségur de la santé.

Plusieurs syndicats hospitaliers et collectifs de soignants ont appelé à une "journée de mobilisation et de grève nationale" le 15 octobre, pour réclamer "des embauches massives immédiates" et une "revalorisation significative des salaires".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.