Coronavirus : pourquoi il est déconseillé de prendre des corticoïdes en cas de symptômes comme la perte de l'odorat

Plusieurs experts médicaux alertent contre l'utilisation de corticoïdes dans les cas d'anosmies (perte de l'odorat) ou d'agueusies (perte du goût), symptômes avérés du Covid-19. Ils recommandent cependant aux patients qui en prennent pour traiter des maladies chroniques de ne surtout pas arrêter leur traitement sans avis médical.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'utilisation de corticoïces en spray nasal est déconseillé face au coronavirus. (COLLANGES / BSIP / AFP)

"Pivalone : une à deux pulvérisations, deux à quatre fois par jour dans chaque narine." Voilà ce qu'on peut lire sur l'ordonnance délivrée par un médecin ayant diagnostiqué une perte d'odorat – un des symptômes du Covid-19 – chez son patient. Problème : ce médicament contre la congestion nasale est classé parmi les corticoïdes. Or plusieurs experts sanitaires avertissent que ces traitements anti-inflammatoires sont clairement contre-indiqués face au coronavirus.

>> Suivez les dernières informations liées à l'épidémie de coronavirus en direct

"Il ne faut pas en prendre", tranche clairement le docteur Jérôme Marty, médecin généraliste et président de l'Union française pour une médecine libre (UFML), interrogé par franceinfo. "Pas de corticoïdes, pas d'anti-inflammatoires, parce qu'on a eu des cas sévères de personnes qui en avaient pris. Que ce soit par forme inhalée, par spray, par patch, ou par crème."

Risque de dissémination virale

Face à l'apparition de nombreux cas d'anosmies (perte d'odorat) brutales, souvent associées à une agueusie (perte de goût) mais sans obstruction nasale, la Société française d'ORL a publié ses recommandations (lien en PDF), vendredi 20 mars. "Nous conseillons aux médecins de ne pas prescrire de corticoïdes par voie générale ou locale devant tout tableau clinique comportant une anosmie ou une dysgueusie aiguës", est-il écrit.

Pourquoi une telle décision ? "Dans l'état actuel des connaissances, on ne sait pas si les lavages de nez sont à risque de dissémination virale le long des voies aériennes. Il est donc recommandé de ne pas en prescrire dans ce contexte, ce d'autant que ces anosmies et dysgueusies ne sont pas habituellement accompagnées d'une obstruction nasale invalidante, écrivent les spécialistes. Selon les données préliminaires dont nous disposons, l'évolution naturelle des anosmies aiguës liées au Covid-19 semble souvent favorable. Dans les cas d'anosmie persistante, nous vous conseillons de fournir au patient une liste d'exercices de rééducation à pratiquer quotidiennement."

Les asthmatiques ne doivent pas arrêter leur traitement

Contacté à ce sujet par franceinfo, la Haute Autorité de santé (HAS) a interrogé deux de ses professionnels de santé qui arrivent à la même conclusion : ils "déconseillent" aussi l'usage de corticoïdes locaux comme le Pivalone en cas d'anosmie. Un avis qui rejoint celui du Haut Conseil de santé publique (HCSP) relatif aux recommandations thérapeutiques dans la prise en charge du Covid-19 (lien en PDF), publié le 23 mars : "Les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les corticoïdes sont contre-indiqués pour le traitement des symptômes du Covid-19", est-il écrit.

L'instance française qui conseille le ministère de la Santé apporte tout de même une précision importante à ce sujet : "Les patients recevant ces traitements pour des pathologies chroniques ne doivent pas les arrêter sans avis de leur médecin traitant, écrit-elle. Chez les patients asthmatiques, les corticoïdes inhalés ne doivent pas être arrêtés, En outre, les corticoïdes par voie générale ne sont pas contre-indiqués chez les patients présentant une crise d'asthme."

La sélection de franceinfo sur le coronavirus

• Pratique. Voici la nouvelle version de l'attestation de déplacement dérogatoire à remplir pour sortir pendant le confinement

• Synthèse. Où en est la recherche sur les traitements pour lutter contre le Covid-19 ?

• Infographies. Confinement : découvrez l'effondrement du trafic routier, ferroviaire et aérien

• Témoignages. "S'ils nous disent qu'il y a un mec positif, ce sera la guerre…" : face au coronavirus, les prisons au bord de la rupture

• Vidéo. Les quatre gestes simples à adopter pour se protéger et éviter la propagation

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.