Coronavirus : New Delhi et l'Inde désertes

Près de 3 milliards d'humains sont confinés en Inde qui vient de commencer son deuxième jour à l'abri. Mais difficile de faire régner l'ordre.

Plus de cacophonie et d'embouteillages : les rues de New Delhi sont désormais vides ou presque. Les 21 millions d'habitants de la mégapole sont priés de rester chez eux. La police municipale multiplie les contrôles. Ainsi, dans les boutiques, les règles ont changé et les distances de sécurité sont mises en œuvre, une bonne chose pour les gérants des boutiques.

13 morts pour le moment…

Mais dans certains quartiers, les marchés ne désemplissent pas. Et ce sont les châtiments corporels qui font aussi de leçon : gifles, coups de bâtons ou pompes demandés par la police. Les associations ont reçu des consignes pour aider les gens, mais dans un pays qui compte officiellement 649 cas et 13 morts, difficile d'établir un confinement pour 1,3 milliard de personnes en Inde. Le gouvernement a annoncé un plan d'aide de 20 milliards d'euros, mais parmi les plus pauvres, on tente de fuir vers ses villages.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des rues désertées à Mumbai, en Inde, où un confinement de la population a été ordonné pour lutter contre le coronavirus, le 24 mars 2020. 
Des rues désertées à Mumbai, en Inde, où un confinement de la population a été ordonné pour lutter contre le coronavirus, le 24 mars 2020.  (HIMANSHU BHATT / NURPHOTO / AFP)