Coronavirus : les passagers d'Air France devront obligatoirement se munir de leur propre masque

Les membres d'équipage et les agents au sol doivent également porter des masques et le service à bord a été adapté.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un passager porte un masque sur un vol Air France au départ d'Athènes (Grèce), le 17 mars 2020. (ANTONI LALLICAN / HANS LUCAS / AFP)

Le port du masque sera obligatoire à bord des avions Air France à compter du 11 mai et les passagers seront priés de se munir de leur propre masque avant d'embarquer, a annoncé, lundi 4 mai, la compagnie aérienne. Le gouvernement français a indiqué qu'il entendait rendre obligatoire le port du masque dans les transports collectifs publics, y compris dans les avions, pendant au moins trois semaines après la fin du confinement, prévue le 11 mai.

>> Coronavirus : suivez notre direct avec les dernières informations

Chez Air France, "les clients seront notifiés de cette obligation sur tous les canaux de communication (e-mail, SMS, sites internet) en amont de leur départ et invités à se munir d'un ou plusieurs masques pour leur voyage", précise la compagnie. Les membres d'équipage et les agents au sol doivent également porter des masques et le service à bord a été adapté.

"Distanciation physique à bord" pas systématique

La compagnie indique qu'elle a mis en place "une distanciation physique à bord chaque fois que cela est possible. Sur la plupart des vols, les faibles taux de remplissage actuels permettent d'espacer les clients", précise-t-elle.

Face au coronavirus, la compagnie indique avoir par ailleurs renforcé ses procédures quotidiennes de nettoyage et explique pulvériser périodiquement "un produit virucide homologué, dont la durée d'efficacité est établie pour dix jours". L'air en cabine renouvelé toutes les trois minutes et nettoyé par un filtre de type Hepa, "identique à ceux utilisés dans les blocs opératoires" et ne laissant pas passer le virus, ajoute Air France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.