Coronavirus : les animaux sauvages épargnés en Chine

Arnauld Miguet est le seul correspondant français de télévision présent à Wuhan (Chine), berceau de l’épidémie de Covid-19, depuis 50 jours. Le commerce des animaux sauvages a été interdit.

franceinfo

Le marché de Wuhan (Chine) est devenu un lieu maudit. Tous les accès sont bloqués. Personne ne rentre à moins de porter une tenue de protection. Les équipes désinfectent à l’intérieur nuit et jour. Les premiers cas de contamination au nouveau coronavirus sont apparus ici : des vendeurs et des acheteurs. Comme dans tous les marchés de Chine, on y trouvait des animaux sauvages souvent vivants comme des serpents, des ragondins et des pangolins, qui auraient pu transmettre le virus à l’homme.

Chasse aux trafiquants d’animaux sauvages

Le commerce des animaux sauvages a été interdit. Les autorités démantèlent des trafics lucratifs d’animaux sauvages et exotiques prisés par les Chinois pour leur viande ou la médecine traditionnelle. Le pangolin, petit mammifère à écaille, est une espèce protégée qui se vendait pas moins de 650 euros le kg. Tous les scientifiques ne sont pas d’accord sur l’origine exact du Covid-19. Le commerce des animaux sauvages avait déjà été interdit en 2003. Mais une fois l’épidémie de Sras passée, il avait repris de plus belle.

Le JT
Les autres sujets du JT
Wuhan, en Chine, est désinfecté
Wuhan, en Chine, est désinfecté (FRANCEINFO)