Coronavirus : le risque de pandémie est "crédible" mais "la France est prête", assure Olivier Véran

Olivier Véran, le nouveau ministre de la Santé, entré lundi en fonction, assure que "toutes les précautions possibles sont prises" pour freiner "l'entrée du virus sur le territoire national".

Olivier Véran, invité sur France Inter au lendemain de sa nomination comme ministre de la Santé, le 18 février 2020.
Olivier Véran, invité sur France Inter au lendemain de sa nomination comme ministre de la Santé, le 18 février 2020. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)

Le risque d'une pandémie "est une hypothèse de travail que nous considérons comme un risque crédible, il faut nous préparer à toute éventualité", a affirmé mardi 18 février sur France Inter Olivier Véran, qui a succédé lundi à Agnès Buzyn comme ministre de la Santé, à propos du coronavirus Covid-19. Mais "la France est prête", a-t-il souligné. 

Aujourd’hui, il n’y a plus que quatre patients hospitalisés en France sur les 12 au total.Olivier Véran, ministre de la Santé.à France Inter

"Nous surveillons la situation en Chine, au Japon aussi puisqu'il y a là-bas un début d'épidémie, précise Olivier Véran. Mais aujourd'hui la France, et l'Europe en général, arrivent à maîtriser le virus par des mesures sanitaires drastiques, comme la mise en quarantaine". "Nous freinons, par tous les moyens, l'entrée du virus sur le territoire national et c'est aussi pour cela que nous n'avons aucun nouveau cas à constater aujourd'hui." "Nous avons deux ressortissants Français sur un bateau [le Diamond Princess] en mer du Japon qui sont atteints par le virus mais qui n'ont pas demandé de rapatriement", a complété le ministre.

Une réunion avec le milieu hospitalier et libéral

"J'ai décidé de réunir au ministère aujourd'hui, non seulement le monde hospitalier mais aussi l'ensemble des représentants du monde libéral qui participent de la prise en charge de ce virus", a indiqué Olivier Véran. 

C'est un virus extrêmement contagieux et les voies de circulation ne sont pas encore complètement maîtrisées. L'affinement progressif des chiffres montrent qu'il y a 14 à 15% de formes sévères qui touchent des adultes d'âge moyen ou des adultes assez âgés.Olivier Véran

"C'est pour cela que nous prenons toutes les précautions possibles", a conclu Olivier Véran.