Coronavirus : "Le président se trompe, les Français doivent porter un masque dès maintenant", assure Philippe Juvin

Le chef des urgences de l'hôpital européen Georges Pompidou a assuré dimanche sur franceinfo que toutes les recommandations scientifiques allaient dans le sens de se couvrir au maximum la bouche pour limiter la propagation du virus. 

Le chef du service des urgences de l\'hôpital Georges Pompidou à Paris, Philippe Juvin, le 3 avril 2020. 
Le chef du service des urgences de l'hôpital Georges Pompidou à Paris, Philippe Juvin, le 3 avril 2020.  (JOEL SAGET / AFP)

"Les Français doivent porter un masque au moment du déconfinement mais aussi dès maintenant", assure ce dimanche 19 avril sur franceinfo Philippe Juvin, le chef du service des urgences à l’hôpital européen Georges Pompidou à Paris. "Un masque vaut mieux que rien du tout, même fabriqué à la maison. Il vaut mieux se couvrir la bouche et le nez", précise-t-il. "C’est une intervention qui ne coûte pas très cher quand on le compare à un patient qui passe en réanimation et qui a probablement une efficacité importante."

>> Coronavirus : ce qu'il faut faire (et ne pas faire) avec votre masque

"De plus en plus de voix s’élèvent sur ce sujet, comme l'Anses ou la communauté scientifique internationale", explique Philippe Juvin. "Les politiques devraient commencer à les écouter", estime-t-il. "Je pense que sur ça, le président de la République se trompe", a-t-il réagit. 

Pour déconfiner, il faut pouvoir tester

Pour permettre le déconfinement, "il faut également que nous ayons des capacités de testing de la population extrêmement massives", poursuit Philippe Juvin, "mais aussi des lits disponibles, surtout en réanimation". "Quand vous faites la guerre, il faut avoir des munitions. Sinon, on ne pourra pas déconfiner les Français en toute sécurité."

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

Enfin, le chef des urgences de l'hôpital Pompidou, qui est aussi maire Les Républicains de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine), est contre un déconfinement total le 11 mai. "Déconfiner tout le monde en même temps, c’est exposer les gens à une forme grave de la maladie", explique-t-il.