Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : le marché automobile européen chute de 76,3% en avril

Les constructeurs français sont particulièrement touchés, avec des chutes de 79% pour le groupe Renault et 81,2% pour PSA.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un ouvrier travaille sur une chaîne de montage dans l'usine Renault de Flins-sur-Seine (Yvelines), le 6 mai 2020. (MARTIN BUREAU / AFP)

Le marché automobile européen a poursuivi sa descente aux enfers en avril, s'écroulant de 76,3% sur un an, selon des chiffres publiés mardi 19 mai par les professionnels du secteur. Seules 270 682 voitures particulières neuves ont été mises sur les routes de l'Union européenne le mois dernier, contre 1,14 millions en avril 2019. Les immatriculations de voitures neuves avaient déjà chuté de 55,1% en mars, en raison de la pandémie de coronavirus.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

Les constructeurs français, particulièrement touchés, ont reculé plus que la moyenne en avril. Les livraisons du groupe Renault (avec Dacia, Lada et Alpine) ont baissé de 79% sur le mois et celles de PSA (Peugeot, Citroën, Opel/Vauxhall, DS) de 81,2%, a annoncé l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA) dans un communiqué.

Un retard impossible à rattraper sur l'année

Cet effondrement est le résultat de la paralysie du commerce automobile. "Le premier mois complet de restrictions liées au Covid-19 a provoqué la plus forte chute de la demande automobile jamais enregistrée" en Europe, "la plupart des concessionnaires [ayant été] fermés à travers l'UE", a déclaré l'ACEA.

Tous les marchés nationaux ont ainsi subi une chute à deux chiffres. L'Italie (-97,6%), l'Espagne (-96,5%) et la France (-88,8%) ont été parmi les plus durement touchés, alors que l'Allemagne a subi un recul un peu moins catastrophique (-61,1%). Le marché britannique a, lui, chuté de 97,3%. Mais, en raison du Brexit, l'ACEA établit désormais ses statistiques pour l'UE sans le Royaume-Uni. En cumul, de janvier à avril, le recul du marché européen atteint 38,5%, un retard qui n'a aucune chance d'être complètement rattrapé sur l'année, même en cas de reprise forte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.