Coronavirus : le confinement fait baisser la pollution de l'air

En Île-de-France, le confinement lié à l'épidémie de Covid-19 a au moins un impact positif, sur la qualité de l'air.

France 3

C'est une première depuis au moins quarante ans. Avec la baisse du nombre de voitures, de scooters et de camions sur les routes franciliennes, la pollution de l'air est au plus bas en Île-de-France. "Airparif, qui mesure la qualité de l'air en Île-de-France, n'avait jamais vu ça", explique sur le plateau du 19/20 le journaliste Julien Cholin. "Regardez cette tache rouge, c'est le dioxyde d'azote relevé la semaine passée au-dessus de Paris. Eh bien avec le confinement cette tache s'est nettement estompée en fin de semaine."

L'air du périphérique semblable à celui des parcs

"Alors l'explication elle est simple : le trafic automobile n'a rien à voir avec ce qu'il est d'habitude. Certains l'ont bien remarqué, ceux qui habitent le long des grands axes. Le long du périphérique, par exemple, l'air qu'on respire est le même que celui qu'on respire dans les grands parcs. C'est du jamais vu", conclut le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une femme se protège le visage avec un masque près de la tour Eiffel, à Paris (photo prise le 31 janvier 2020).
Une femme se protège le visage avec un masque près de la tour Eiffel, à Paris (photo prise le 31 janvier 2020). (AFP)