Coronavirus : la Chine joue la carte de la communication

L'épidémie de coronavirus ne cesse de progresser en Chine avec l'apparition de 2 829 nouveaux cas lundi 3 février et la mise en quarantaine d'une nouvelle ville à 800 km de Wuhan. Continuant de jouer sur le front de la communication, Pékin a dévoilé un hôpital construit en moins de deux semaines.

En Chine, l'identité des patients guéris du coronavirus est protégée. Ils sont applaudis à leur sortie de l'hôpital. Bouquets de fleurs, poses devant les photographes, tous les moyens sont bons pour montrer une image positive de la Chine. Si l'épidémie de coronavirus 2019-nCoV continue d'avancer, on peut en guérir. "Je suis reconnaissante envers le Parti communiste et le gouvernement. Je suis si heureuse de quitter l'hôpital", explique une femme. La communication est bien rodée autour de l'ouverture du nouvel hôpital de Wuhan.

Une chasse aux sorcières

Construit en moins de dix jours, il porte un nom combatif : l'hôpital du Dieu de feu. Il comporte 1 000 lits, et les premiers patients sont arrivés lundi 3 février. Les médecins et les personnels soignants sont tous des militaires. Mais derrière cette façade se déroulent des scènes choquantes. Des habitants du Sichuan condamnent par exemple la porte d'un appartement où se trouve un rapatrié de Wuhan. L'individu se retrouve enfermé alors que personne ne sait s'il est vraiment atteint du virus...

Le JT
Les autres sujets du JT
Une ambulance quitte un hôpital en Chine
Une ambulance quitte un hôpital en Chine (FRANCEINFO)