Coronavirus : "L'unité nationale ne peut pas être l'unité des bouches cousues", répond le député RN Sébastien Chenu à Emmanuel Macron

Le porte parole du Rassemblement national estime que le gouvernement n'a "pas anticipé" la crise du Covid-19 et a "menti aux Français".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Sébastien Chenu, député RN du Nord, sur franceinfo. (FRANCE INFO / Jean-Christophe Bourdillat)

Emmanuel Macron a dénoncé, mardi 31 mars, les critiques face à la crise du coronavirus, et a qualifié "d'irresponsables" ceux "qui cherchent déjà à faire des procès alors que nous n'avons pas gagné la guerre", lors d'un déplacement dans une usine de production de masques dans le Maine-et-Loire. "Le président de la République ferait mieux, en parlant d'unité nationale, de la mettre en oeuvre, plutôt qu'encore une fois, d'essayer de diviser les français", lui répond Sébastien Chenu, député du Nord et porte-parole du Rassemblement national sur franceinfo.

"Il se trouve que nous, nous avons des différences d'approche et des différences de propositions sur la façon dont nous voulons gérer cette crise. Je rappelle que Marine Le Pen, dès début février, demandait à ce que la production des masques et des gels hydroalcooliques soit relocalisée en France", continue le député RN.

Un appel à des tests massifs

Sébastien Chenu s'en prend directement au gouvernement : "La réalité, c'est qu'ils naviguent à vue, qu'ils n'ont pas anticipé, qu'ils ont menti aux français et qu'ils ont eu un temps de retard à chaque étape de la gestion de ce conflit."

"Viendra le temps des responsabilités, mais l'unité nationale ne peut pas être l'unité des bouches cousues. Cela ne peut pas être l'incapacité à poser les questions, cela ne peut pas être l'infantilisation des Français, cela ne peut pas être les fake news données aux Français en guise de réponse", estime Sébastien Chenu, qui appelle également à des tests massifs de la population.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.