Coronavirus : "Il y a un afflux énorme de bénévoles" pour rejoindre la réserve sanitaire, se félicite Santé publique France

Environ 36 000 personnes se sont portées volontaires pour rejoindre cette réserve sanitaire et épauler les personnels soignants déjà mobilisés.

Au centre de dépistage ambulatoire du coronavirus à l\'hôpital Henri Mondor, à Paris, le 6 mars 2020.
Au centre de dépistage ambulatoire du coronavirus à l'hôpital Henri Mondor, à Paris, le 6 mars 2020. (LUC NOBOUT / MAXPPP)

"Il y a un afflux énorme de bénévoles" pour rejoindre la réserve sanitaire, pilotée par Santé publique France, a annoncé sa directrice générale, Geneviève Chêne, jeudi 19 mars sur franceinfo. "Il y a environ 36 000 inscrits" à l’heure actuelle, a-t-elle détaillé.

>> Confinement, recherche, réactions internationales... Suivez les dernières informations sur le Covid-19 en direct

La réserve sanitaire est un ensemble de professionnels de santé, notamment des jeunes retraités, qui sont volontaires pour venir en appui du système de santé en cas de crise, comme celle que nous vivons actuellement avec l'épidémie de coronavirus Covid-19.

"J’en profite pour les remercier très sincèrement et les remercier aussi pour leur patience", a développé Geneviève Chêne, expliquant que le site "a littéralement explosé et est presque bloqué du fait des demandes". Face à cet afflux, Santé publique France "va tâcher de les traiter les unes après les autres".

Des besoins pas seulement dans les hôpitaux

Cette réserve est composée "d’infirmiers, d’aides-soignants, de kinésithérapeutes, de psychologues, etc.", a notamment listé Geneviève Chêne. Cependant, elle compte peu de médecins réanimateurs car, selon la directrice générale, "ils sont déjà tous sur le pont". Conséquence : "Ce ne sont pas ceux qui se sont présentés le plus massivement."

La réserve sanitaire ne sert pas qu’aux hôpitaux : "On a aussi un certain nombre de demandes venant des Ehpad, [les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes] où les personnels peuvent soit être malades eux-mêmes, soit aussi en situation de devoir être soutenus dans la situation d’isolement."